Clémence pour le jeune cambrioleur multirécidiviste

    vendredi 24 octobre 2014

    Les jugements en comparution immédiate sont par nature annonciateurs de prison ferme. Le jeune homme de 20 ans, interpellé lundi par les gendarmes, et qui a reconnu la bagatelle de 24 cambriolages dans son quartier depuis le début de l’année, s’en est sorti avec une peine de 12 mois de prison avec sursis et 210 heures de travail d’intérêt général.
    Il devra, en outre, justifier de démarches pour trouver une formation ou, encore mieux, un travail. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet.
    Dans la salle, une dizaine de victimes avait fait le déplacement pour obtenir réparation. Le jeune cambrioleur devra les indemniser, son ardoise frôle le million de Fcfp.
    C’est grâce à l’ADN et aux empreintes que les enquêteurs sont remontés jusqu’au monte-en-l’air.
    Ce dernier s’était coupé en fracturant un carreau pour pénétrer chez l’une de ses victimes, laissant un petit échantillon de son sang. En garde à vue dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Arue-Mahina, il reconnaîtra spontanément les faits et révélera même des larcins pour lesquels il n’était pas inquiété.
    Téléphones, ordinateurs, bouteilles d’alcool, vêtements, bijoux en or, tout était bon à prendre et à revendre une bouchée de pain.
    “Pour manger ou acheter mon paka”, a-t-il assuré hier à la barre. Avec un petit faible aussi pour les bouteilles de gaz et les caisses de bière, dont il récupérait la valeur des consignes chez les commerçants. “Vous arriviez à vous faire pas mal d’argent au final… 25 000 Fcfp par-ci, 35 000 Fcfp par-là…”, constate la présidente du tribunal, sans obtenir du jeune homme le montant total de son butin.
    Le jeune majeur ne tenait pas vraiment de comptabilité, il est vrai. Voleur opportuniste, désœuvré et de condition très modeste, il s’introduisait le plus souvent dans des maisons ouvertes. Au point d’exaspérer tout le quartier.
    “Il habite juste en face de chez moi, dès que je remplis le frigo, il vient se servir en notre absence”, peste une victime. “On a voulu se protéger de lui, alors on a décidé de barricader la maison. Mais en voulant poser des barrières, on s’est rendu compte qu’il avait aussi volé le fer à souder et la meuleuse ! J’en suis à mon cinquième téléphone…”
    Le cambrioleur, qui exaspère jusqu’à ses parents, fiu, a promis de ne plus recommencer et juré qu’il indemniserait ses victimes. Le procureur de la République, lui, a souligné le préjudice moral subit par des victimes qui, parfois, n’en dorment plus la nuit de savoir que quelqu’un est rentré chez elles pour mettre leur maison sans dessus-dessous.
    Le ministère public, qui s’est aussi inquiété du ras-le-bol qui gagne certaines victimes régulièrement visitées : “Je reçois de plus en plus de lettres de gens qui m’avertissent qu’ils s’arment, dressent des chiens et se barricadent et promettent le pire à tout individu qui viendrait à s’introduire chez eux.”

    Compte rendu d’audience Raphaël Pierre

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete