Habillage fond de site

Les cocotiers prennent place sur le Boulevard Pomare IV

jeudi 25 janvier 2018

cocotier front de mer

Les cocotiers ont l’avantage de pouvoir avoir les racines coupées courtes pour être plantés. (© Florent Collet)


Les premiers cocotiers ont été plantés sur le chantier de la zone piétonnière du front de mer. Les commerçants apprécient que les travaux aient repris. Cette première tranche devrait prendre fin au plus tard au mois de juillet.

Une gérante d’agence de voyages du front de mer n’a pu contenir un cri de joie et d’admiration en arrivant, hier matin, sur son lieu de travail.

Au milieu des marteaux-piqueurs et des travailleurs encerclés de barrières métalliques, se dressent désormais fièrement une demi-douzaine de cocotiers.

Pour la commerçante, c’est un soulagement de voir l’ère de la végétation succéder à celle, interminable, des engins de chantier.

“Cela a débuté il y a tellement longtemps que je ne me rappelle même plus quand cela a commencé”, expliquait-elle.

“On n’en voyait pas la fin. Cela gâche la visibilité de l’agence. Ce que l’on regrette c’est  que cela a pris beaucoup de temps. Certains jours, il n’y avait absolument personne sur le chantier, et pas de travaux. Cela n’a peut-être pas été bien planifié”, poursuit-elle.

“Mais depuis que les médias en ont parlé, il semble qu’ils ont mis les bouchées doubles. J’ai hâte que ça se termine parce que c’est vraiment un embellissement de la ville et de notre quartier. Ce qui a été un désavantage va devenir un atout”, conclut-elle, résolument positive.

 

Bouffée de fraîcheur et d’oxygène

 

Mardi, les premiers cocotiers sont donc arrivés sur le front de mer. Âgés d’une quinzaine d’années, ils proviennent de la côte est, de pépinières ou de particuliers souhaitant s’en débarrasser.

“Tout ce qui est cocotier ou palmier se transplante très facilement parce qu’il est possible de couper relativement court le bulbe racinaire”, expliquait hier Alexis Nguyen-The, l’architecte du réaménagement du front de mer.

“L’autre avantage, c’est qu’ils se replantent encore mieux lorsqu’ils sont grands que lorsqu’ils sont petits.”

Malgré cet atout indéniable, une procédure spéciale est mise en place au rempotage pour se donner le maximum de chance de succès.

Une terre sablonneuse est mise au fond pour permettre l’enracinement. Une autre terre plus riche est ensuite rajoutée. De l’engrais à base de déchets de poissons donnera un coup de pouce supplémentaire à cette phase de transition.

Des haubans vont également être installés durant six mois, le temps qu’ils s’enracinent bien. Ils les maintiendront en cas de fort coup de vent.

“On voit assez rapidement si la transplantation a réussi mais en général si le travail est bien fait, il y a quasiment 100 % de reprise”, poursuit l’architecte.

Pour cette première tranche allant du Vaima jusqu’à l’avenue Prince Hinoi des pandanus, des palmiers et des acacias vont être plantés, mais c’est majoritairement les cocotiers qui habilleront le nouveau front de mer.

“Un cocotier est déjà très beau esthétiquement et cela fait quand même pas mal d’ombre. Et puis nous voulions éviter de trop cacher la vue. Avec le tronc, cela permet de dégager la visibilité au niveau du sol”, conclut Alexis Nguyen-The.

“En plus, cela ne demande pas beaucoup d’entretien. Il faut décocoter de temps en temps, mais cela ne met pas de feuille partout.”

Cette première tranche devrait prendre fin au plus tard au mois de juillet. La deuxième tranche allant cette fois du Vaima au rond-point de l’avenue Pouvana devrait normalement démarrer dans la foulée et comprendrait à peu près le même nombre d’arbres.

“Le concept premier est d’avoir un passage piéton contre les galeries commerçantes actuelles et ensuite une coulée verte de la même largeur (environ 5 mètres, ndr) qui fasse un tampon entre les piétons et la chaussée routière”, rappelle l’architecte.

Les zones ombragées dans la ville devenant une denrée rare, cette bouffée de fraîcheur et d’oxygène devrait rapidement consoler les esprits ; chacun se plaignant de la disparition d’une trentaine de places de parking.

FC

 

ARCH PR PF 3 cocotiers

L’aménagement a été réfléchi pour créer une zone tampon végétalisée entre les voitures et les piétons.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete