Habillage fond de site

Un collectif de riverains se lève pour protéger Mahinarama

vendredi 26 mai 2017

Mahinarama vols

La commune a reçu le collectif de Mahinarama afin de trouver des solutions aux problèmes de la flambée des cambriolages. (© Jean-Luc Massinon)

Le dernier cambriolage date seulement de quelques jours, mais ce sont plus d’une vingtaine de maisons qui ont été visitées par des voleurs en moins d’un mois dans les lotissements de Mahinarama.
Et le bilan n’est peut-être pas définitif. Le collectif, qui vient de se monter pour lutter contre ces cambriolages, pense que certains riverains n’ont pas porté plainte ou ne se sont pas encore manifestés sur la page Facebook du lotissement. C’est d’ailleurs par cette page Internet “J’habite à Mahinarama” que la problématique est apparue au grand jour.

Deux cambriolages aux Alizés, cinq autres à Hitiraa Mahana et une razzia dans pas moins de 15 habitations au lotissement Le hameau. C’en est trop. Quelques riverains se sont réunis pour monter un collectif afin de prendre le sujet à bras-le-corps. Qui sont ces voleurs et comment procèdent-ils ? Faut-il installer une barrière, des caméras ou payer un service de gardiennage ? Les résidents peuvent-ils organiser des rondes et épier le moindre intrus ?

 

“Ça psychote dans les foyers”

 

Ce collectif veut apporter des solutions rapidement, car une certaine tension monte dans le lotissement. “Ça psychote dans les foyers”, reconnaît un des volontaires, qui a même peur d’un dérapage si rien n’est fait pour que revienne la quiétude.
Afin de veiller à tout débordement, le collectif a sollicité un rendez-vous avec le maire, la police municipale et la gendarmerie pour savoir qu’elles étaient les limites de l’action des riverains pour tenter de juguler cette explosion de cambriolages car, malgré les rondes des forces de l’ordre, les vols continuent.

La gendarmerie, qui assure des rondes dans les lotissements résidentiels, particulièrement visés par les voleurs, ne peut se démultiplier partout. La récente baisse des effectifs ne simplifie pas la mission de surveillance des gendarmes qui doivent aussi mener les enquêtes.
Le collectif a compris qu’il pouvait compter (dans une certaine limite) sur les forces de l’ordre, aussi il va privilégier, sans parler de milice, la voie d’une autosurveillance dans les lotissements par la mise en place d’une vigilance de voisinage et explorer d’autres pistes comme les caméras ou le gardiennage.

 

J.-L.M.

202
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete