Habillage fond de site

Les collectivités vont devoir se serrer la ceinture

mardi 18 juillet 2017

edouard philippe

“Je n’ai aucun doute sur le fait que ce sera dur”, a reconnu Édouard Phillip, à la Conférence des territoires. (Photo : Geoffroy Van Der Hassett / AFP)

Les collectivités locales vont devoir réaliser 13 milliards d’euros d’économies d’ici 2022, a annoncé hier l’exécutif, dans le cadre de la première Conférence des territoires, officialisant un effort supplémentaire, alors même qu’il a lancé une concertation délicate avec leurs représentants.

En ouvrant cette conférence au Sénat, le Premier ministre Édouard Philippe a affiché sa volonté d’écouter et de concerter, mais n’a pas dévié de cap : les collectivités devront elles aussi baisser leurs dépenses, et même plus que prévu.
“Je n’ai aucun doute sur le fait que ce sera dur, et aucun doute sur le fait que ce sera long”, a-t-il reconnu.

C’est Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, qui a dévoilé peu après l’objectif chiffré : une réduction des dépenses de 13 milliards d’euros d’ici 2022, soit 3 milliards de plus que prévu.
Dans l’après-midi, le président Emmanuel Macron est venu en personne au Sénat – non dans l’hémicycle, ce qui serait contraire aux dispositions de la Constitution, mais dans une salle voisine – pour annoncer l’ouverture d’une “réflexion profonde” sur la “refonte de la fiscalité locale”.

Soucieux de donner du baume au coeur aux élus locaux, Emmanuel Macron s’est cependant engagé à avancer de deux ans, de 2022 à 2020, la couverture de l’ensemble du territoire en Internet haut ou très haut débit. Internet très haut débit sur tout le territoire. Mais il a aussi manifesté sa volonté de réduire le nombre d’élus locaux comme il s’est déjà engagé à réduire d’un tiers celui de parlementaires. “Nos concitoyens ne comprendraient pas (un) traitement différencié”, a-t-il argué.

De la même façon, il a appelé les collectivités locales à user de “tous les leviers” pour réaliser, à leur “main”, des “économies intelligentes”avec la “suppression de niveaux inutiles, des flexibilités nouvelles en termes réglementaires” ou de “fonction publique territoriale”.

13 milliards, “c’est plus que quelque chose dont nous ne voulons déjà pas”, a réagi François Baroin, président de l’Association des maires de France. “On ne peut pas s’essuyer une nouvelle fois les pieds sur les collectivités locales”, a ajouté le sénateur-maire (LR) de Troyes.

Un courrier du gouvernement devait être envoyé aux 36 000 maires de communes pour leur assurer que toutes les voix seront entendues.

Emmanuel Macron avait promis de compenser le manque à gagner “à l’euro près”. Les maires redoutent cependant, de ne pas voir la promesse respectée ou poursuivie dans le temps.

Pour obtenir des garanties, Gérard Larcher, président du Sénat, réclame une loi de finances pluriannuelle consacrée aux collectivités.

Quant au chantier de décentralisation voulu par le chef de l’État, Édouard Philippe a indiqué que l’exécutif voulait agir “sous l’angle des libertés”.

“Les fusions des communes, voire de départements, seront encouragées, mais rien ne sera imposé d’en haut”, a-t-il assuré.

 

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete