Habillage fond de site

Un colloque international pour préserver et valoriser la biodiversité végétale

vendredi 9 novembre 2018

PHOTO : La biodiversité terrestre et marine ne dévoile qu’une infime partie d’un potentiel de ressources encore peu exploré à préserver : il représente pour les Outre-mer un moteur innovant de croissance économique dans lequel la recherche joue un rôle majeur. (Photo : Cipam)

La biodiversité terrestre et marine ne dévoile qu’une infime partie d’un potentiel de ressources encore peu exploré à préserver : il représente pour les Outre-mer un moteur innovant de croissance économique dans lequel la recherche joue un rôle majeur. (Photo : Cipam)

La Polynésie française va accueillir, du 19 au 23 novembre au lycée hôtelier de Punaauia, la dixième édition du Colloque international sur les plantes aromatiques et médicinales (CIPAM). Organisé par le pôle d’innovation Tahiti Fa’ahotu, ce symposium qui devrait rassembler près de 150 chercheurs se positionne depuis l’an 2000 comme le rendez-vous de rencontre ultramarin destiné à faire le point sur la thématique fédératrice des plantes aromatiques et médicinales. Les précédents CIPAM organisés aux Antilles, Guyane, Réunion, Nouvelle-Calédonie… ont permis d’élargir les échanges et les rencontres avec divers acteurs de la biodiversité végétale des pays étrangers (pays voisins ou plus lointains). Ces rencontres scientifiques ont permis d’importantes avancées sur les connaissances fondamentales sur les plantes aromatiques et médicinales (PAM) et leurs usages (botanique, ethnobotaniques et ethnopharmacologiques, phytochimiques, génétiques, activités biologiques…) ainsi que sur les valorisations dans différents domaines d’applications (alimentaire et nutraceutique, pharmaceutique, cosmétique) à différentes échelles (artisanal ou industriel, local et à l’exportation) de différentes filières suivant les régions qui ont été accompagnées de reconnaissances et règlementations spécifiques permettant ces valorisations (inscription des plantes médicinales ultra-marines dans la pharmacopée française et européenne….).

De la recherche à l’innovation

Le ministre de l’Économie verte, Tearii Alpha, a présenté les enjeux du colloque vendredi à la présidence, en présence des partenaires de l’État, de l’Université, de la chambre d’agriculture, etc. Il a insisté sur la convergence, lors de ce symposium à Tahiti, entre la science académique et la science patrimoniale, c’est-à-dire le savoir ancestral des tradipraticiens. Et souligné également la nécessité pour le Pays de s’engager dans une démarche de protection et de valorisation des richesses végétales et des savoirs-faire qui leur sont liés, évoquant une volonté de « faire évoluer la préférence d’origine au niveau international ». Cette dixième édition du CIPAM décline son objectif , « Nature et culture : de la recherche à l’innovation, la valorisation et/ou la préservation », autour de cinq thématiques. D’abord les potentialités et richesses de la biodiversité végétale insulaire et ultramarine. Ensuite les plantes dont les utilisations passées et présentes inspirent des valorisations innovantes (pharmacopée, cosmétique, alimentation). Également la plante et son contenu : du gène à la molécule, ainsi que la bio-production : éco-extractions, biotechnologies, technologies éco-compatibles, nouvelles formulations. Enfin l’économie verte et bleue : structuration de filières économiques durables et équitables, réseaux à développer, réglementations dont le volet juridique « accès et partage des avantages (APA) ».

D.G.

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete