Habillage fond de site

Combats meurtriers près de Damas

lundi 16 janvier 2017

syrie

L’armée syrienne a déclaré que les frappes de missiles israéliennes ont provoqué une série d’explosions dans une base aérienne en dehors de Damas avant l’aube. (© AFP)

 

 

De violents combats ont opposé hier le régime syrien aux rebelles près de Damas, prolongeant les pénuries d’eau dans la capitale et fragilisant davantage la trêve, une semaine avant le lancement de négociations pour un règlement du conflit.

Dans le même temps, le groupe jihadiste État islamique (EI) gagnait du terrain face aux forces du régime de Bachar al-Assad à Deir Ezzor, une ville de l’est du pays en guerre où il a lancé samedi dernier une offensive majeure.

À une quinzaine de kilomètres de Damas, dans la région de Wadi Barada, cruciale pour l’alimentation en eau de Damas, au moins neuf civils dont trois enfants ont été tués et vingt personnes blessées dans des bombardements des troupes du régime sur le village de Deir Qanoun, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

“Il s’agit du bilan le plus lourd (dans cette région) depuis l’entrée en vigueur de la trêve” le 30 décembre entre régime et rebelles, a déclaré à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Malgré cette trêve, des combats on lieu depuis plusieurs semaines à Wadi Barada, ainsi que sur d’autres fronts où les violences ont néanmoins baissé d’intensité.
Omar al-Shami, porte-parole du comité des médias de Wadi Barada, a affirmé à l’AFP que les bombardements avaient frappé un refuge où se trouvaient des femmes et des enfants déplacés.

Le groupe militant a publié des photos de ce qu’il a présenté comme les conséquences de l’attaque, dont certaines montraient le sol couvert de sang et des corps enveloppés dans des couvertures.

 

Accord annulé

 

La région de Wadi Barada abrite la principale structure d’alimentation en eau de la capitale syrienne, qui a été endommagée par les combats, faisant subir aux 5,5 millions d’habitants de Damas et de sa région d’importantes pénuries depuis le 22 décembre.

Les affrontements entre rebelles et forces du régime ont repris samedi soir après l’assassinat d’un responsable du gouvernement, Ahmed al-Ghadbane, qui négociait pour le rétablissement de l’eau vers Damas.

Sa mort a annulé l’accord conclu vendredi entre régime et insurgés qui devait permettre de réparer les dommages causés aux infrastructures hydrauliques, a précisé M. Shami, ajoutant que les équipes de maintenance du gouvernement avaient quitté Wadi Barada sans avoir effectué les réparations.

Ces nouveaux combats interviennent en dépit de l’accord de trêve parrainé par la Russie, alliée de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien des insurgés, qui doit ouvrir la voie à des négociations entre rebelles et régime.

Prévues le 23 janvier au Kazakhstan sous l’égide de la Russie, de la Turquie et de l’Iran, ces négociations ont reçu samedi le soutien du Haut comité des négociations (HCN), qui regroupe une grande partie de l’opposition.

 

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete