Habillage fond de site

La commune de Arue “mérite d’être reconnue comme un exemple”

mercredi 30 novembre 2016

bidal schyles

Cette visite méritait bien le coco de l’amitié. (© Christophe Cozette)

 

 

Présent depuis six mois maintenant au fenua, le haut-commissaire René Bidal, au gré de l’actualité, poursuit ses visites communales. Hier matin, c’est Arue qui a reçu la visite du représentant de l’État, accompagné notamment de Raymond Yeddou, chef de la subdivision administrative des îles du Vent.

Ces derniers, au cours d’une visite au pas de charge mais agréable, ont eu l’occasion “de mesurer l’important programme d’investissements” de la commune, avec le soutien financier de l’État, soit 56 millions de francs dépensés en 18 mois. La “très grande cohérence dans les projets mais aussi dans l’équipe municipale” n’a pas manqué de séduire le haut-commissaire de la République, comme il a pu nous l’expliquer lors de l’interview qu’il nous a accordée à la fin de sa visite, sur le stade Boris-Léontieff.

 

 

Quel est votre sentiment global, suite à cette visite ?
Ce que j’observe surtout, c’est la cohérence des actions. Je suis heureux de voir que ces 56 millions de l’État, en complément de l’effort de la municipalité, sont vraiment investis dans des objectifs qui renforcent la cohérence sociale de la collectivité.

On voit bien, qu’il s’agisse des équipements sportifs ou de l’organisation même de l’espace, qu’il y a une réflexion sur le long terme. Je félicite le maire et son conseil municipal, je suis très agréablement surpris. Je note également une très grande complémentarité technique, des élus mais aussi des équipes autour du maire, qui sont totalement engagés à atteindre ces objectifs.

Il y a une très grande cohérence dans les projets mais aussi dans l’équipe municipale.

 

C’est un exemple à suivre ?
Oui, il n’y a pas de doute. C’est cela, se projeter dans l’avenir, c’est cela, avoir des schémas directeurs d’organisation de l’espace et des dessertes, des services publics et des aménagements à offrir aux concitoyens. Cela mérite, oui, d’être reconnu comme un exemple.

 

La chambre territoriale des comptes a reconnu la bonne gestion de la commune. En est-il de même dans la préparation des dossiers de financement ?
C’est déjà une commune éligible au contrat de ville, ce qui n’est pas le cas pour toutes les villes. Dans ce contexte du contrat de ville qui nécessite des aménagements complémentaires, prévus sur le long terme, il y a une très bonne collaboration entre les services de la subdivision administrative et l’équipe municipale.

 

Propos recueillis par Christophe Cozette

 

Cimetière communal de Erima

cimetière Erima

(© Christophe Cozette)

 

Afin d’assurer le long terme et d’offrir “une meilleure capacité de stockage” (sic), le cimetière communal de Erima s’agrandit. 216 enfeus sont d’ores et déjà disponibles, 110 puis 360 seront installés lors de deux prochaines phases d’aménagement d’un coût global de 200 millions de francs, avec la construction d’un columbarium (pour déposer une urne mortuaire) et d’un ossuaire.

La phase visitée hier a été financée à 18,4 % par l’État, pour un coût total proche de la centaine de millions de francs, comprenant également 32 places de caveaux, 56 emplacements individuels, une voie d’accès et des aménagements paysagers, “de qualité”, comme l’a noté René Bidal.

 

Motu de Arue

motu arue

(© Christophe Cozette)

Après avoir entamé sa visite, hors mairie, par le giratoire de Erima devant le collège (coût : 32 millions, dont près de 10 de l’État), construit pour fluidifier et sécuriser les rentrées et sorties scolaires, René Bidal a terminé sa visite par le motu de Arue, où il a rendu visite à l’école de danse Aratoa de Kehaulani Chanquy, puis a félicité le travail de Tamatoa Perez, président de l’association Tetiaroa Royal Race et aussi un des meilleurs ambassadeurs du va’a dans les quartiers.

 

 

Complexe sportif Boris-Léontieff

(© Christophe Cozette)

(© Christophe Cozette)

Quinze ans d’utilisation acharnée ont rendu le matériel de la salle de musculation du complexe sportif Boris-Léontieff obsolète, tout comme le revêtement au sol. En contrepartie du financement d’équipements neufs à hauteur de 5,67 millions de francs – à 50/50 contrat de ville et mairie –, l’association Nahiti no Arue s’est engagée à encadrer dix jeunes des quartiers prioritaires. Mais malgré plusieurs sollicitations, haut-commissaire comme tavana ont refusé de pousser la fonte.

 

 

Salle de vidéosurveillance de la police municipale

vidéosurveillance

(© Christophe Cozette)

Le troisième œil. Appelée ainsi par la police municipale, la salle de vidéosurveillance de Arue est au top. Trente-quatre caméras – deux de plus en 2017 – full HD (et zoom x30), dont sept dédiées au stade, équipent le réseau (coût : 41 millions de francs) ouvert en août 2015 et consacré à la sécurité des citoyens.

Depuis cette date, elles ont détecté 30 flagrants délits, notamment d’usage de stupéfiants, et même aidé une enquête sur un viol à Mahina. Les images des caméras ont une durée de vie de 30 jours. “Une très belle salle et une police municipale d’équerre et bien dotée”, a fait remarquer René Bidal au tavana de la commune, après la revue des 22 agents qui la composent. Ce fut l’occasion également d’inaugurer le nouvel hôtel de police municipal, rénové récemment à hauteur de 12,5 millions environ, dont 70 % de l’État.

 

 

Jardins partagés de Erima

(© Christophe Cozette)

(© Christophe Cozette)

Nés dans les années 1970 à New York, comme l’a rappelé la responsable du site visité hier à Erima, les jardins partagés ont été adoptés par Arue en 2012. D’un coût d’investissement de plus de 7 millions de francs (dont 50 à 60 % financé par le contrat de ville), ces 11 parcelles de 135 m2 chacune ont été partagées entre 17 familles, soit près de 170 personnes, depuis le début.

Chaque famille – formée à la culture bio mais aussi aux recettes de cuisine et au budget familial – paye environ 18 000 F par an pour gérer sa parcelle, avec la possibilité de récolter les fruits de leurs labeurs. Chaque fin de mois, des fruits et légumes de ces lopins sont vendus dans les jardins de la mairie.

248
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete