Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

La commune de Faa’a veut faire des économies

mercredi 14 décembre 2016

commune faa'a

Dommage que le conseil municipal de Faa’a ait commencé avec 45 minutes de retard, hier matin, car 20 minutes après le début de la séance, le maire devait déjà s’en aller pour se rendre à l’assemblée de la Polynésie française, où il était attendu. (© Élénore Pelletier)

 

Hier, le conseil municipal de Faa’a a voté son budget primitif 2017. Parmi les grandes orientations retenues : la mise en place de projets créateurs d’emplois, la solidarité pour une meilleure cohésion sociale, l’amélioration de l’efficience de la qualité des services, la réduction des dépenses de fonctionnement et surtout la chasse aux impayés. Le budget principal de l’exercice 2017 a été arrêté en équilibre de recettes et de dépenses à 3,175 milliards de francs.

 

Dommage que le conseil municipal de Faa’a ait commencé avec 45 minutes de retard, hier matin, car 20 minutes après le début de la séance, le maire devait déjà s’en aller pour se rendre à l’assemblée de la Polynésie française, où il était attendu. Il n’a donc pas pu assister aux discussions mouvementées sur le budget primitif 2017 qui était à l’ordre du jour.

Le débat s’est animé autour de la maîtrise des dépenses et de la meilleure visibilité du budget des services par les élus.

Parmi les grandes orientations retenues par le conseil municipal pour établir le budget primitif 2017, il y a la mise en place de projets structurants créateurs d’emplois et d’activités économiques, la solidarité pour une meilleure cohésion sociale, l’amélioration de l’efficience de la qualité des services, mais aussi et surtout, la réduction des dépenses de fonctionnement et la chasse aux impayés qui reviennent souvent sur le tapis lors des discussions.

Le budget principal de l’exercice 2017 a été arrêté en équilibre de recettes et de dépenses à 3,175 milliards de francs, dont 2,854 milliards de francs pour la section de fonctionnement et 321 millions de francs pour la section d’investissement.

 

• Section de fonctionnement
Pour la section de fonctionnement, la commune a fait une estimation des recettes à la hausse de 73 millions de francs comparées à l’exercice 2016. Pour cette prévision, elle s’appuie notamment sur les centimes additionnels, l’augmentation des taxes sur l’électricité et des redevances de cantine scolaire, et sur les dotations de l’État (dotation globale de fonctionnement et fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales, qui augmente de 10 millions de francs par rapport à 2016).

Le conseil municipal a soulevé la fragilité de sa situation financière puisque ses recettes de fonctionnement “reposent pour 70 % sur des recettes non autonomes provenant de l’État et du Pays” et se désole d’être, de ce fait, “complètement tributaire des politiques du Pays et de l’État”.

Avec 423 agents qui travaillent pour la mairie de Faa’a, les charges liées aux frais de personnel correspondent au plus gros poste de dépenses de la commune.

Estimées à 1,755 milliard de francs (soit 61 % des dépenses de fonctionnement), ces charges devraient subir une hausse de 81 millions de francs, comparé à l’année 2016, en raison notamment de la création de 22 postes budgétaires, des revalorisations salariales et des augmentations des taux de cotisations de la Caisse de prévoyance sociale (CPS).

À côté de ça, côté dépenses, la commune estime qu’elle est dans “une bonne orientation” puisque des économies ont déjà pu se faire sentir sur l’ensemble des services : réduction des frais des fournitures de petits équipements, des frais liés au parc roulant ou à l’entretien  des bâtiments, des frais de carburant… La mairie compte maintenir ses efforts pour limiter ses dépenses de fonctionnement et dégager l’épargne nécessaire au financement de ses investissements.

À noter que la subvention d’équilibre au profit du budget annexe eau et déchets devrait être diminuée de 45 millions de francs pour l’exercice 2017.

 

• Section d’investissement
En matière d’investissement, la commune a un taux de réalisation vraiment faible, avoisinant les 40 % pour l’année 2016 et une prévision de seulement 30 % pour l’exercice 2017.

Le principal investissement réalisé en 2016 a été la reconstruction de l’école maternelle Verotia, dont le montant estimé à 439 milliards a été financé à 95 % par le fonds intercommunal de péréquation (FIP).

Pour 2017, les investissements se porteront essentiellement sur l’acquisition d’un camion-citerne rural et d’une laveuse de 6 000 litres – pour nettoyer les rues de Faa’a – pour un coût global de 70 millions de francs, dont une grande partie sera financée par le Pays.

D’autres investissements sont à prévoir en cours d’année, mais pour le moment, la commune attend les retours de financement du Pays et de l’État pour l’étude de faisabilité des différents
projets. 

É.P.

 

capture-decran-2016-12-14-a-08-43-37 capture-decran-2016-12-14-a-08-43-42

 

81
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete