Concert du duo Audibert : le violoncelle, “c’est une personne qui parle”

samedi 21 mars 2015

Dix-sept ans après son premier passage en Polynésie, le duo de violoncelles Audibert revient quelques jours pour donner un concert au Méridien Tahiti, dimanche, à 17 heures et organiser une master class mardi prochain au conservatoire.
“En 1998, notre duo a pris son envol avec ce séjour de 15 jours au fenua, raconte Frédéric. C’était notre première tournée. Les rencontres avec le public et de nombreux écoliers avaient été très fortes, très touchantes.”
Les frères Audibert ont fait du chemin entre-temps, en s’imposant comme l’un des meilleurs duos de violoncelle de métropole.

Un extrait ici.

Violoncelle solo de la chambre philharmonique Emmanuel Krivine, Frédéric Audibert est demandé dans le monde entier pour des concerts ou master class. Il a, par le passé, été adoubé par deux légendes, Lord Yehudi Menuhin et Mstislav Rostropovitch. Plus récemment, son récital “Si le violoncelle m’était conté ? De Bach à nos jours” a été joué plus d’une centaine de fois sur les scènes musicales françaises.
Plus jeune, Florent n’en a pas moins le pedigree d’un grand musicien.
Actuellement violoncelle solo de l’Opéra de Rouen, il se produit également en tant que soliste dans des concertos allant de Vivaldi à Ligeti en passant par Saint-Saëns, Brahms…
Il interprète régulièrement du répertoire contemporain, et travaille avec des compositeurs comme Maurice Ohana, Henri Dutilleux…
Partenaire recherché de musique de chambre, il a joué aux côtés d’artistes tels que Marielle Nordman ou Ivry Gitlis. Depuis 2008, il est membre de l’ensemble Calliopée avec qui il a enregistré plusieurs albums.
Ensemble, les frères Audibert ont publié en 2013 : « Les maîtres du violoncelle composent ».
“C’est une histoire du violoncelle du XVIe à nos jours, créée pour des duos, c’est tout public et très prenant”, assure Florent Audibert.
Pour le public béotien, Frédéric explique que “toutes les musiques d’aujourd’hui utilisent le violoncelle, rock, pop, variétés, rap, jazz, comme le groupe Tikahiri ici. Le violoncelle romantique, c’est l’image de marque, on le défend mais on présente toutes les facettes du violoncelle”.

Florent conclut : “Le violoncelle est l’instrument qui se rapproche le plus de l’ambitus de la voix humaine, c’est une personne qui parle, c’est très touchant.”

(ndlr : ambitus : “étendue d’une mélodie, d’une voix ou d’un instrument, entre sa note la plus grave et sa note la plus élevée”, Wikipedia)
Dimanche soir, le public ne devra pas être en retard. Le duo prépare une surprise avec des musiciens du conservatoire, pour ouvrir son concert.
Et lors du final, il se murmure qu’on pourrait entendre un morceau local, consacré à la Perle du Pacifique.
Bref, c’est le concert à ne pas rater pour finir le week-end sans coup de fiu !  

Cyr.C.

 

PRATIQUE

Dimanche 22 mars, 17 heures, Méridien Tahiti

Programme :
Vivaldi, sonate pour deux violoncelles n°3 ; Boccherini : Fugues n°2 et 4 ; Jean Barrière : sonate pour deux violoncelles ; J. B. Bréval : duo ; J. Servais : Caprice n°2 ; M. H. Faivre : Adagio nocturne. ; J. Offenbach : Andante-Polonaise ; P. Tortelier : Siamois.

Tarifs : 3 000 F (adhérent), non adhérent (4 500 F), jeunes et étudiants : 1 000 F.

Infos : Tél. 40.42.47.54 (adhérents), 87.78.93.07 ou 87.78.60.51 (non adhérents)

Site : www.musique-en-polynesie.com ou Facebook : Musique en Polynésie

 

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete