Concert en hommage à Nile Avaeoru et aux artistes disparus

    mardi 17 mai 2016

    Vendredi dernier, la salle Aorai Tini Hau a accueilli, pendant cinq heures non-stop (de 17 heures à 22 heures), une soirée en l’honneur de la diva de la chanson polynésienne, Nile Avaeoru, décédée le 25 septembre dernier à 66 ans.
    “Nile était ma maman. je suis fille unique. Elle ne vivait que pour la musique. Dans la maladie, il n’y avait que la musique qui égayait  sa vie. Même en étant alitée depuis 2011, elle continuait à chanter, à composer, à enregistrer des morceaux, elle a même composé un CD de musique religieuse”, commente Ramona Avaeoru, organisatrice de ce concert hommage.

    Mais pour elle, cette soirée ne devait pas rendre uniquement hommage à sa mère mais à tous les musiciens et chanteurs polynésiens disparus, ces dernières années, dans l’anonymat.

    Trois associations musicales ont parrainé cet événement. Il s’agit de Natira’a Upa No Polynesia, de Upa Nui Na Poro Eha et enfin du comité territorial de la musique en Polynésie française.

    En ouverture, la chorale de la paroisse Christ-Roi de Pamatai est venue chanter des cantiques religieux.
    Plusieurs orchestres kaina ou acoustiques ont pris la relève pour animer pendant cinq heures cette soirée d’hommage.
    Chaque groupe avait droit à 20 minutes de prestation live sur scène. Parmi les orchestres, citons Big Mama et Avaeoru Family.

    “Nile Avaeoru était une dame très gentille avec moi. C’est elle qui nous a appris à chanter. Elle s’occupait de nous, elle nous invitait à venir chez elle lorsqu’elle organisait des bringues polynésiennes. Parfois, elle était sur son lit et elle animait la fête”, témoigne Haumea Putoa, la nièce de Nile Avaoeru, âgée de 17 ans.
    Parmi les spectateurs présents à cette soirée, la première adjointe au maire de la ville de Pirae, Yvette Lichtlé.
    Interrogée sur l’avenir de la salle Aorai Tini Hau, elle a confirmé que “le maire a décidé qu’à partir du 1er octobre, on fermera définitivement la salle”.

    “On doit la démolir en prévision du championnat du monde de va’a en 2018. On laisse passer le Heiva Rima’i en juin et juillet, mais aussi l’organisation des manèges sur le site de Aorai Tini Hau pendant les vacances scolaires. Mais le contrat que la mairie a passé avec la société DB Tahiti prendra fin au 31 juillet. Normalement, la direction de DB Tahiti est au courant que la commune ne reconduira pas le contrat à la fin de l’échéance.”

    Le maire de Pirae, Édouard Fritch, espère que le terrain de l’ancien hôpital de Mamao sera transformé d’ici la fin de l’année en un lieu d’exposition afin d’accueillir, l’année prochaine, le Heiva Rima’i, ainsi que les foires et salons de la société DB Tahiti. Pour le moment, rien n’a encore été acté par le gouvernement car tout dépend de la déconstruction de l’hôpital.
    L’autre option est d’organiser les futurs événements sur le site de Vaitupa, à Faa’a.

    De notre correspondant J.H.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete