Habillage fond de site

Concours de beauté – Pour Miss Tahiti, l’essentiel a été de participer

lundi 18 décembre 2017

Maeva, Miss France 2018 et Turouru, Miss Sympathie. (© Philippe Binet/LDT)

Maeva, Miss France 2018 et Turouru, Miss Sympathie. (© Philippe Binet/LDT)


Turouru Temorere, Miss Tahiti 2017 n’a pas pu grimper sur le podium de Miss France 2018 mais sa gentillesse lui a permis de remporter le tire de Miss Sympathie. Ses supporters tahitiens, présents à l’élection, dans l’Hexagone, ont été déçus. Mais Turouru et sa famille ont conservé un esprit zen tout à leur honneur. En guise de consolation, c’est une jeune femme portant un prénom du fenua qui remporte la couronne de Miss France : Maeva Coucke, Miss Nord-Pas-de-Calais.

En paraphrasant la célèbre citation de Pierre de Coubertin à propos des Jeux olympiques et pour faire suite aux diverses déclarations de Turouru Temorere à l’issue de la grande soirée de TF1 au MACH 36 de Châteauroux, dans l’Hexagone, on ne peut que saluer l’attitude zen et fair-play de notre miss, y compris de sa famille. Une qualité qui a sûrement contribué à ce que les candidates décernent le prix de la sympathie à leur consœur polynésienne. Turouru a donc reçu l’écharpe de Miss Sympathie, lors de la grande réception qui a suivi l’élection.

Tandis que Miss Tahiti terminait le lourd programme de répétitions à Châteauroux, sa famille, ses amis, ses trois dauphines et plusieurs membres du comité Miss Tahiti, s’étaient regroupés pour soutenir leur candidate, en le faisant voir et savoir. Robes longues, couronnes fleuries sur la tête, chemises à fleur et drapeau du fenua : le club des supporters n’est pas passé inaperçu dès son entrée dans la grande salle. Problème : il a eu à affronter d’autres “clubs” de supporters régionaux extrêmement bruyants, au point que l’on se serait cru dans un stade plutôt qu’à un spectacle élégant.

Qu’à cela ne tienne, c’était la joie, côté Tahiti, de revoir Turouru, cette fois sur une impressionnante scène avec décors et costumes exceptionnels. Et l’on déploiera le drapeau chaque fois qu’elle entrera en scène. Raihere est heureux lorsqu’il découvre sa miss en robe froufroutante : “Je suis très content parce que cela fait plus d’un mois qu’on ne l’avait pas revue, à part sur des vidéos et des photos. Et là, d’être tout près d’elle, cela fait plaisir et chaud au cœur. Je constate beaucoup d’évolution et nous sommes très fiers d’elle. La chorégraphie est super et c’est vrai qu’elle est complexe, mais les candidates s’en sortent bien. Elles ont été bien formées et aidées.”

Une Maeva du Nord élue

Et puis le verdict tombe : Miss Tahiti n’est pas dans les douze. Idem pour Miss Calédonie, demi-Tahitienne. Pas de Pacifique en finale, cette année, donc. C’est le mutisme quasi général sur les gradins tahitiens. Même une représentante du comité Miss Tahiti refuse le commentaire.  Alors, comme la veille à la répétition générale, c’est Tatie Gilda qui se dévoue : “On est bien sûr très déçus mais c’est surtout qu’on pense à elle. Turouru doit être très déçue et elle n’a pas démérité. Elle était vraiment belle et surtout elle a tout donné. On l’a bien vu sur scène. Mais c’est comme ça, le jury a décidé autrement. Pour Turouru, c’était quelque chose de fabuleux : elle a vécu des moments intenses, extraordinaires. Mais, pour nous, elle sera toujours notre Turouru et je pense que les Polynésiens peuvent en être très fiers. Venir à Miss France c’est déjà quelque chose !”

C’est finalement Miss Nord-Pas-de-Calais qui remporte la couronne  : Maeva Coucke. Hinatea Blais, première dauphine de Miss Tahiti, se dit très déçue parce que notre miss n’a “pas été bien classée”“Je suis vraiment très fière d’elle. Elle a tout donné sur scène. Elle était vraiment belle. Ce classement par groupe ? (Sélection des douze à partir de trois groupes de dix – NDLR). C’est la surprise de l’année ! [Rire]. J’avoue que ce n’était pas vraiment avantageux pour les autres groupes puisque le premier a eu six sélectionnées.” “C’est comme ça,  il faut accepter…”

À la sortie du public, Jean-Jacques Temorere, son père, reste d’abord silencieux. Puis il se décide. “Il y en a qui auraient réagi en disant que c’était un échec. Je prends cela comme une aventure très grandiose que ma fille vient de vivre durant un mois. Les résultats sont comme ils sont. Nous étions partis en disant qu’importe les résultats qui allaient tomber. On était partis pour un grand moment. Même pas la Calédonie ! Du tout ! Bon, c’est comme ça. Il faut accepter. Un concours, c’est comme ça. Il faut des gagnants et des perdants. Nous félicitons les gagnantes en prenant tout le recul.”

Turouru, au bord de la scène, est félicitée par sa famille : “Je garde un bon souvenir de cette élection et de cette aventure. Je suis désolée car je n’ai pu rapporter le titre de dauphine, mais je suis fière quand même de mon parcours et je remercie tout le monde pour tous les bons messages que j’ai reçus.” C’est à quelques kilomètres du MACH 36 que l’on retrouvera Miss Tahiti, lors d’une grande réception où Miss France 2018, Maeva Coucke, 23 ans, et Miss Nord-Pas-de-Calais, fait son entrée triomphale avec Sylvie Tellier, suivie d’une pléiade de Miss France et bien entendu de toutes les candidates.

De notre correspondant Philippe Binet

Capture Miss France

 

Le fan-club de Miss Tahiti est paré pour la manoeuvre ! (©DR)

Le fan-club de Miss Tahiti est paré pour la manoeuvre ! (©DR)

La joie éclate autour de Turouru. (©Philippe Binet/LDT)

La joie éclate autour de Turouru. (©Philippe Binet/LDT)

Maeva Coucke Miss France 2018 entourées de ses quatre dauphines. (©DR)

Maeva Coucke Miss France 2018 entourées de ses quatre dauphines. (©DR)

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete