Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Concours pour l’innovation numérique : Haere, c’est le pied !

mercredi 16 août 2017

En plus d’être multifonctions, l’application reste accessible même sans être connectée à la 4G. (© DR)

En plus d’être multifonctions, l’application reste accessible même sans être connectée à la 4G. (© DR)


Pour la seconde édition du concours pour l’innovation numérique de la direction générale de l’économie numérique (DGEN), seize idées ont retenu l’attention du jury. Le 18 août, les noms des gagnants seront dévoilés. En attendant, La Dépêche de Tahiti présentera chacun de ces projets. Celui de William Joseph et de ses deux associés est une application mobile dédiée à la randonnée.

Pour la seconde édition du concours pour l’innovation numérique, organisée par la direction générale de l’économie numérique (DGEN), William Joseph et ses deux associés, Stéphanie Chang  et Tamatea Sachet, ont choisi de proposer une application dédiée à la randonnée. Une plateforme aux multiples casquettes, dont le jeune porteur de projet décrit les subtilités… pas à pas.

“Il y aura une partie informations qui regroupera une cartographie des sentiers disponibles sur la Polynésie, leur distance, la difficulté de la randonnée choisie et les éventuelles infrastructures sur place. La seconde partie s’articulera comme un véritable jeu”, détaille le jeune homme.

Finalisée à 70 %, l’application qui devrait voir le jour en décembre, d’abord sur Android, se nomme sportivement  Haere, qui signifie marcher en tahitien.

“Le but, c’est de créer une vraie communauté de marcheurs collaboratifs”, s’enthousiasme-t-il. Ainsi, chacun pourra, s’il le souhaite, ajouter sa patte à l’application. “En tant que randonneur, on est parfois à court d’idées de balades. L’idée, c’est que chacun partage ses randonnées favorites ou ses sentiers secrets”, précise William Joseph.

Pour ce faire, l’utilisateur devra fournir un tracé GPS enregistré via l’application lors de l’excursion, un descriptif et quelques photos. Après contrôle, elle pourra enrichir le panel de sentiers répertoriés.

“C’est un projet qui vise aussi bien les touristes qui, par exemple, souhaitent visiter librement, que ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un guide, mais aussi les locaux grâce à sa partie ludique…”, explique-t-il.

 

Jouer en bougeant

 

À l’instar des chasses au trésor en plein air qui séduisent les grandes métropoles, les trois randonneurs à l’origine de Haere misent sur le jeu pour fédérer au fenua.

“Les jeux mobiles, les gens adorent ça, il y a un aspect addictif. Donc, on souhaite vraiment promouvoir ce côté ludique qui récompensera les efforts des marcheurs avec des classements : les meilleurs temps, les randonneurs les plus assidus…mais aussi avec des objets virtuels à découvrir”, surenchérit William Joseph.

Ainsi, pour les champions de l’usure des souliers, un système de récompense virtuelle est prévu. “Par exemple, au sommet de la Fautaua, l’application va sonner pour annoncer qu’on a débloqué une récompense : une médaille ou une histoire sur le lieu. On prévoit aussi des jeux de pistes… À terme, on souhaite aussi coupler le virtuel au réel en offrant comme récompense des bons d’achats, par exemple, un peu comme le Passeport gourmand, mais qui récompensent les efforts que l’on fait”, s’amuse le jeune homme.

Une description qui n’est pas sans rappeler le jeu phénomène Pokémon Go et sa chasse aux monstres grandeur nature. 

Loin de se limiter à une base de données GPS ou à un jeu, l’application se veut aussi complète que l’indispensable couteau suisse.

Elle devrait donc être dotée d’une fonction pour prévenir un tiers sur l’itinéraire que l’on s’apprête à emprunter, ce qui facilitera les recherches en cas de problème. 

Elle devrait aussi prendre en charge les démarches après des organismes qui gèrent certains chemins comme ceux de la Fautaua ou Tamanu, qui nécessitent des autorisations préalables. L’application possédera aussi un volet environnement pour, entre autres, recenser les zones de déchets, et un annuaire des guides touristiques pour ceux qui souhaiterait se laisser piloter humainement.

Si ces trois passionnées considèrent que marcher, c’est le pied, rendez-vous le 18 août pour connaître l’avis du jury et le palmarès, dont les prix vont de 3 500 000 francs pour le 1er prix à  600 000 francs.

 

Claire Allavena

 

william joseph

165
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete