Condamné à payer 4,5 milliards de francs de dommages et intérêts au Pays

    lundi 3 octobre 2016

    moorea

    Pour rendre au site son aspect originel, des experts préconisent d’évacuer les “90 000 mètres cubes” de déchets qui s’y trouvent, ainsi que les “10 000 mètres cubes” de terres polluées. (Photo : archives LDT)

     

    On ne badine plus désormais au fenua en matière de pollution. Le gérant d’une décharge sauvage de Haapiti, à Moorea, l’a appris, il y a peu, à ses dépens. Dans une décision datant du 20 juillet et jusqu’ici passée inaperçue, le tribunal de première instance de Papeete l’a en effet condamné à payer au Pays des dommages et intérêts record.

     

    Pas moins de 4,58 milliards de francs d’indemnisation en raison des dégâts causés à l’environnement. Du jamais vu.
    William S. avait déjà écopé, sur le plan pénal, en février, d’une condamnation de 18 mois de prison, dont six avec sursis, pour avoir exploité, entre 2008 et 2013, ce site d’enfouissement sans autorisation.

    Sur cette vaste parcelle de terre, située au PK 30, étaient entreposés des carcasses de voiture, des fûts d’huile et de carburant qui se déversaient sur le sol, des bonbonnes de gaz ou encore des batteries. Et ce, sans infrastructure adéquate pour accueillir ces matières parfois hautement nocives, détruites, de temps à autre, par incendie.

    Dans son rapport transmis au procureur de la République, en avril 2013, la direction de l’environnement s’alarmait de ces activités polluant “les nappes phréatiques et les sols”. Elle constatait également “des rejets d’effluents dans le lagon”. À de multiples reprises, ces dernières années, la direction de l’environnement, puis le ministère du même nom, avaient pourtant enjoint le gérant à fermer le site, sans résultat.

    Ainsi, en juillet 2013, un inspecteur des installations classées, venu faire un contrôle, certifiait que la zone continuait à “être exploitée” et qu’aux côtés des déchets toxiques… des élevages de bovins et de porcs avaient fait leur apparition. “Nous constatons que le lisier peut s’écouler librement entre l’élevage et un étang situé sur la partie arrière de l’installation”, écrivait-il.

     

    10 000 mètres cubes de terres polluées

     

    À cela s’ajoutait le fait que des extractions de sable blanc et de pierres de Moorea étaient pratiquées en grandes quantités sur la zone, là-aussi sans aucune autorisation en bonne et due forme. Entendu, William S. s’était dédouané, expliquant aux enquêteurs que les habitants de Moorea manquaient de “civisme” en jetant tout et n’importe quoi sur son terrain. 

    Mais il avait aussi déclaré que la mairie n’était pas étrangère à la situation : “Il y a quatre ou cinq ans, la commune m’a demandé de stocker les encombrants en attendant de les envoyer à Papeete. Trois ans plus tard, c’était toujours là. C’étaient des carcasses, des frigos, tout ça.

    Et jusqu’à aujourd’hui, les épaves de voitures gérées par la mairie s’y trouvent toujours (lire dans l’édition du lundi 3 octobre 2016). Pour chiffrer devant le tribunal sa vertigineuse demande de dommages et intérêts, le Pays avait mandaté un bureau d’études afin qu’il dresse un diagnostic environnemental complet de la zone.

    Les analyses ont relevé la présence “d’hydrocarbures, de phénanthrène et de naphtalène”, substances risquant “d’avoir un impact de plus en plus important sur les eaux souterraines”. Pour rendre au lieu son aspect d’origine, les experts ont préconisé une solution. Elle consiste tout bonnement à évacuer les “90 000 mètres cubes” de déchets qui s’y trouvent mais aussi les “10 000 mètres cubes” de terres polluées.

    Un chantier d’envergure qui a un coût : 4,58 milliards de francs. Soit le montant exact de la facture présentée à William S., bien qu’il soit peu probable que celui-ci parvienne un jour à s’acquitter de la douloureuse. Contactés, le gérant de la décharge et son avocat ont indiqué qu’ils ne souhaitaient pas s’exprimer sur le sujet pour le moment. 

     

    J.-B.C.

     

        Retrouvez dans notre édition du Lundi 3 Octobre 2016 :   

    • Le double jeu de la mairie

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete