Habillage fond de site

Les confidences de Miss France à La Dépêche de Tahiti

jeudi 27 décembre 2018

FEN_CC6_VaimalamaChaves

Elle est venue pour passer Noël en famille et quittera le fenua aux premières lueurs de 2019, le 1er janvier, afin de démarrer ses premiers rendez-vous officiels dès le 4. Elle, c’est bien évidemment Vaimalama Chaves, Miss Tahiti 2018 et Miss France 2019, venue passer quelques jours à Tahiti pour les fêtes de fin d’année.

Après un accueil triomphal, jeudi dernier, à l’aéroport et un défilé populaire samedi dernier, Vaimalama Chaves est venue se prêter au jeu des questions de La Dépêche de Tahiti. Dans les prochains jours, la décision sera prise mais c’est très certainement sur la route de Miss Monde qu’elle devrait s’engager afin d’emporter le titre suprême. Mais quoi qu’il en soit, elle sera présente pour l’élection de Miss Tahiti 2019.

 

 

Ce n’est pas difficile d’être tant adulée ?

Je ne réalise pas, en fait. Je n’ai pas la perception que vous avez de la chose. C’est vrai, je vois un fort engouement de la part des gens mais, en même temps, cela reste toujours très respectueux. Tout va bien.

 

Vous ne lisez plus vos messages sur Messenger, mais avez-vous eu déjà des demandes en mariage ?

Non, je n’ai plus le temps de répondre à mes messages, cela me fait mal au cœur. Il y a des personnes qui gèrent cela, maintenant, pour moi. Des demandes de mariage ? Non, pas encore, mais une demande pour avoir un enfant, oui. “Je vais te faire un enfant, t’inquiètes pas, je vais le garder.” J’ai répondu “non, merci, j’ai d’autres projets”.

 

Et donc, dans 20 ans, vous vous voyez comment ?

Dans 20 ans, je suis totalement indépendante, je vis en autarcie, avec mon potager. J’aurai mes propres poules pour manger des œufs tout le temps. Plus sérieusement, j’ai une petite maison qui me suffira amplement.

 

Avec un mari, des enfants ?

Éventuellement. Mais je serai heureuse et épanouie.

 

Quelles sont vos lectures, votre livre préféré ?

Le livre que j’aime le plus et que je cite régulièrement est L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle. Maintenant, j’aime lire toutes sortes de livres comme le fantastique, la science-fiction. Récemment, j’ai eu un engouement fort pour le développement personnel.

 

Aimez-vous écrire, tenez-vous un journal intime ?

Je devrais en tenir un, mais c’est difficile de trouver le temps pour cela. J’avais commencé, pourtant, avant Miss France, mais j’aurais tellement de choses à écrire, avec ces dix jours.

 

Quels sont vos trois films préférés ?

Copains pour toujours qui met en avant des valeurs de cohésion entre amis qui se retrouvent 30 ans plus tard, Le roi lion et Vaiana.

 

De quoi êtes-vous fan ?

Je suis passionnée de musique car je joue de la guitare et du ukulele. J’aime tout, sans être vraiment fan.

 

Vous chantez en tahitien, anglais, portugais…

En français aussi. Je fais les musiques dont je connais les accords. Je tiens à m’excuser auprès de Raimana de Pepena car j’ai mal joué les accords de Faafaite, j’ai massacré cette chanson. Je m’en suis voulu.

 

Vous allez traverser la France. Quel paysage ou monument souhaitez-vous voir ?

Comme je ne connais pas du tout, j’y suis allée mais avec des yeux d’enfant, tout ce qui m’intéressait, c’était les parcs le long de la route. Je vais aller à Disneyland Paris. J’ai hâte.

 

Comment avez-vous ressenti ce contact au fenua, à votre retour ?

De base, les Polynésiens ont un contact humain très fort. Du coup, revenir à la maison, les gens sont encore plus contents de vous voir et, donc, c’est encore plus agréable de revenir.

 

Vous êtes très naturelle. Le travaillez-vous ?

Je suis naturellement naturelle.

 

Qu’est-ce qui vous met en colère, qui vous indigne ?

Il y a tellement de choses à dire, sans me mettre forcément en colère… L’injustice, l’irrespect, les gens conscients de ce qu’ils font et qui vont continuer à faire comme jeter un mégot par terre, ça m’agace. La rue, ce n’est pas une poubelle. Ce qui m’énerve, c’est tout ce qui est en lien avec l’incivisme.

 

Les trois valeurs que tout le monde devrait avoir ?

Le respect, l’empathie et la tolérance.

 

Avez-vous une devise ?

J’ai dit à l’élection de Miss Tahiti : “Tout seul, on va plus vite mais ensemble, on va plus loin”. C’est toujours le cas parce que, si j’ai gagné, c’est grâce à un travail d’équipe. Il y a le comité Miss Tahiti, bien sûr, mes amis, ma famille et Mareva Georges qui m’a beaucoup soutenue, épaulée. Mes chaperonnes aussi et tous les Polynésiens qui m’ont envoyé des messages de soutien.

 

Quelle Miss Tahiti ou Miss France vous inspire le plus ?

Mareva Georges. C’est avec elle que j’ai le plus d’affinités, le plus de contacts. Elle a toujours été présente, elle me conseille, c’est génial.

 

Un message pour les lecteurs de La Dépêche de Tahiti ?

Je vous souhaite d’être heureux, épanouis, de pousser vos rêves jusqu’au bout du monde même si, parfois, la vie est dure. Mais il ne faut pas s’arrêter, il faut continuer toujours plus loin. La persévérance, c’est très important. Faa’ito’ito.

 

Propos recueillis par Christophe Cozette

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete