Conflits sociaux – La difficulté de trouver une porte de sortie

mardi 12 mai 2015

Les quatre conflits sociaux sont au point mort, et la perspective de leur poursuite semble se confirmer. La grève du service de radiologie au CHPF et celle des infirmiers libéraux pourrait se diriger vers un durcissement.  L’Huilerie de Tahiti est en route pour sa 7e semaine de grève.

Rien n’avance sur le front des conflits sociaux en cours. Il faut dire que l’absence de négociations, ou l’intransigeance de certains, n’a pas permis de faire évoluer sensiblement les quatre dossiers depuis le début des grèves.
Du côté de l’Huilerie de Tahiti, les grévistes et le leader de la CSTP/FO ont fait, hier, pendant près de trois heures, le tour des 14 points de revendication afin de déterminer les possibilités de négociations.
Chez les infirmiers libéraux, c’est plutôt la déception, voire la colère, qui l’emporte et qui pourrait conduire à un durcissement du conflit.
Au Gaz de Tahiti, comme au service de radiologie du Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF) , aucune rencontre ne s’est tenue le week-end dernier, et aucune autre n’a été programmée aujourd’hui.
Le conflit pourrait également se durcir au  CHPF à l’issue d’une réunion qui se tenait hier après-midi dans les locaux de l’hôpital, avec le dépôt d’un préavis de grève aujourd’hui signé par l’intersyndicale. C’est donc vers un durcissement des conflits dans les prochains jours que semblent se diriger les grévistes, en accord avec leurs syndicats respectifs.

Pascal Martin

Lire plus de détails sur les mouvements sociaux dans La Dépêche de Tahiti de ce mardi 12 mai ou au feuilletage numérique

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete