Congrès des communes : “Cet ultimatum est irrecevable”

    mercredi 10 août 2016

    congrès

    “Nous sommes dans la concertation permanente”, a assuré hier Édouard Fritch, en réponse aux accusations du président du syndicat pour la promotion des communes. (Photo : Marie Guitton)


    Conférence de presse d’Édouard Fritch

     

    Si le président Édouard Fritch a tenu à s’exprimer devant la presse hier, ce fut –comme il le dit lui-même, “essentiellement sur le congrès des maires”.

    Le président a peu goûté la sortie de Cyril Tetuanui, le président du Syndicat pour la promotion des communes (SPC), à l’issue de ce sommet à Taiarapu-Est.

    Donnant trois mois au Pays pour redéfinir les modalités de son partenariat avec les communes, le porte-parole des élus municipaux avait, dans les conclusions générales du congrès présentées jeudi dernier, regretté que la question du transfert de compétences n’avance pas et que les communes ne soient pas suffisamment associées aux projets du gouvernement.

    La résolution m’a laissé un sentiment un peu amer”, a réagi Édouard Fritch, hier, en expliquant avoir souhaité “prendre du recul” avant de réagir publiquement. “Pour moi, cet ultimatum est irrecevable, je n’entends pas m’y plier”, a-t-il répondu fermement.

    En dénonçant des “contre-vérités”, le président du Pays a rappelé avoir “multiplié les actions en faveur de nos communes” : l’accélération du rythme de remboursement des arriérés du Fonds intercommunal de péréquation (Fip), à hauteur de 1 milliard de francs par an sur quatre ans, au lieu de 500 millions sur huit ans.

    La mise en place d’un Contrat de projets État-Pays-Communes, afin de “soutenir ces dernières dans leurs projets d’investissements”.

    Et, au niveau de la Délégation pour le développement des communes (DDC), le développement de “160 projets” depuis septembre 2014.

    Au second semestre 2016, 900 millions seront encore consacrés à la DDC. Et maintenant, on vient me dire que ces milliards, c’est de l’opportunisme ou encore de l’électoralisme”, s’est-il agacé, en rappelant que “depuis septembre 20014, on ne vient pas consulter le président du Pays pour avoir son avis sur ces projets…” “ […] Je n’ai pas refusé de dossiers pour des questions d’opportunité ou d’appartenance politique.

     

    Une manipulation ?

     

     

    Édouard Fritch l’assure aussi, depuis son élection, la commune de Punaauia a été associée au comité de pilotage du Mahana Beach.

    De même que les élus de Hao sur la future ferme aquacole, ou le Syndicat pour la promotion des communes sur le projet de réforme statutaire.

    Donc nous sommes dans la concertation permanente”, a-t-il affirmé, en précisant que l’adoption d’une clause générale de compétence, qui donnerait une capacité d’intervention élargie aux communes, “dépend également du gouvernement central”.

    Au final, Édouard Fritch dénonce donc une résolution faite “dans la précipitation” et sans “consensus”.

    Est-ce que cette résolution traduit vraiment le sentiment de la majorité des maires, ou bien est-ce qu’elle n’est pas que la traduction des ambitions de certains rédacteurs, qui ne sont pas dénués d’arrière-pensées politiques, et qui ont réussi à manipuler le président du SPC pour lui faire endosser ce texte ?”, lâche-t-il franchement.

    Chez les maires, certains éléments veulent me déclarer la guerre. Visiblement, il y a des gens qui voudraient ouvrir une guerre avec moi sans en avouer les véritables raisons.

    Quant à savoir qui tirerait les ficelles : “Il y a effectivement du brouillard là-dedans, a simplement observé le président. Nous rentrons en campagne électorale, et je m’attends à ce que ça tangue un petit peu…

    Selon Cyril Tetuani, une trentaine de maires auraient soutenu la résolution, sur les 46 membres du Syndicat pour la promotion des communes. Édouard Fritch n’y croit pas.

    Ce qui est certain, c’est que je veux dialoguer avec le SPC, mais je n’entends pas prendre mes instructions auprès du syndicat. Chacun doit rester à sa place”, a-t-il conclu, en promettant tout de même de “revoir ma méthode de travail”.

     

    M.G.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete