Conkarah est prêt à conquérir le fenua

    jeudi 28 juillet 2016

    L’artiste jamaïcain a profité de son séjour en Polynésie française pour tourner  son nouveau clip vidéo, qu’on pourra prochainement découvrir sur la Toile. (Photo : DR)

    L’artiste jamaïcain a profité de son séjour en Polynésie française pour tourner son nouveau clip vidéo, qu’on pourra prochainement découvrir sur la Toile. (Photo : DR)


    Il a trois concerts prévus à Tahiti et Moorea, dont l’un à guichets fermés

     

    L’artiste reggae Conkarah a débarqué samedi dernier de Kingston en Jamaïque pour trois concerts à Tahiti et Moorea.

    Entre reprises et compositions personnelles, mais toujours 100 % reggae, le chanteur a préparé un show plein de “positive vibrations” qu’il souhaite partager avec le public polynésien.

    La Dépêche l’a rencontré mardi en fin d’après-midi, peu avant sa répétition avec les musiciens locaux qui l’accompagneront sur scène.

     

     

     

    Alors première question : fumez-vous de la “beuh” ? (Les yeux écarquillés, Conkarah commence à se décomposer) C’est une blague, c’était juste pour briser la glace…

    Haha ! OK ! Mais à vrai dire, ce n’est pas la première fois qu’on me pose cette question. Quand je suis allé en Indonésie, ils me l’ont demandé, tout comme en Australie et en Suisse, mais eux voulaient vraiment une réponse… C’est une question qui revient souvent et qui me prend à chaque fois au dépourvu !

     

    Plus sérieusement, comment vous présenteriez-vous à quelqu’un qui ne vous connaît pas ?

    Je dirais que je suis un artiste reggae de Kingston, en Jamaïque. Je chante de la musique positive, qui envoie de bonnes vibrations. J’aime voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures tout en répandant la musique reggae auprès du plus grand nombre.

    Et Conkarah, ça vient du mot anglais ‘conqueror’. Pour moi, il s’agit d’aller dans différents pays et d’y laisser sa marque. J’essaie toujours de laisser une marque positive derrière moi, peu importe où je vais.

     

    Qu’est-ce que ça fait d’être à Tahiti ?

    J’aime ça ! J’entendais beaucoup d’histoires sur Tahiti, mais ici, c’est vraiment comme la Jamaïque. Il y a les mêmes arbres, les plages sont magnifiques. Nous venons de revenir de Moorea et nous y avons passé un très bon moment.

    Aussi, j’ai appris que l’arbre à pain que nous avons en Jamaïque venait de Tahiti. J’ai eu droit à une très belle leçon d’histoire avec un artiste qui s’appelle Eriki Marchand. J’aime Tahiti, c’est un peu comme ma deuxième maison, je m’y sens très bien.

     

    Qu’avez-vous fait depuis votre arrivée, samedi soir ?

    J’ai eu un très long vol, donc j’ai commencé par dormir ! Ensuite, on s’est levé tôt pour aller à Moorea et tourner un clip vidéo. On a fait le tour de Moorea, surfé, nourri les requins… J’ai passé un très bon moment. Puis nous sommes revenus à Tahiti, nous avons fait le tour de l’île et mangé du poisson cru au lait de coco. C’est vraiment délicieux !

     

    Tahiti fait-elle partie d’une plus grande tournée ?

    Non, cela fait partie des shows individuels que je donne par-ci par-là. Par exemple, le mois prochain, je reviendrai de ce côté du globe pour des concerts aux Philippines, à Guam et probablement à Hawaii.

     

    Les reprises de chansons que vous faites ont plus de succès que vos propres compositions. Cela ne vous dérange pas ?

    Non, du tout. Si je fais de la musique, c’est surtout pour prendre plaisir à la partager avec le public et faire rayonner la musique reggae aussi loin que possible. Si je peux prendre une chanson pop, lui donner une touche de reggae et la faire apprécier du public, ça me va !

    De toute façon, en concert, les gens vont tout autant apprécier mes reprises que mes propres compositions. Et je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que mes chansons fassent leur effet. En attendant, mes reprises ont du succès et je suis très heureux comme ça, parce que c’est du reggae et que ça touche les gens.

     

    Qu’est-ce qui vous inspire pour écrire vos chansons ?

    Ce n’est jamais vraiment au sujet d’expériences personnelles. J’observe les gens, je regarde des films, je lis des livres… Je peux être inspiré par différentes choses. En fait, quand l’ambiance est bonne, je saisis le moment pour écrire une chanson à ce propos.

     

    De tous vos concerts autour du monde, lequel a été le plus mémorable ?

    Celui que j’ai fait à Bali, en Indonésie. Il y avait près de 10 000 personnes dans l’assistance et je ne l’avais pas réalisé jusqu’à ce que je demande au public de chanter avec moi et que les techniciens n’illuminent la foule.

    C’était comme un océan de personnes qui apparaissait devant moi. Dans ma tête, je me suis dit : ‘Quoiiiii !’ Je n’arrivais pas à y croire. J’ai une vidéo de ça sur Instagram (@conkarahmusic, NDLR).

    Même après l’avoir regardé de nombreuses fois, je n’arrive toujours pas à y croire ! C’était vraiment cool parce que je chantais une chanson de Bob Marley, le public m’accompagnait et il chantait si fort que ça m’a fait un bien fou à l’intérieur.

     

    Vous avez enregistré une reprise (chanson + clip vidéo) avec une chanteuse des îles Salomon. Peut-on s’attendre à la même chose avec un ou une artiste d’ici ?

    J’adorerais ! En fait, pour les trois concerts, je chanterai avec une Tahitienne, Urarii. Mais à part ça, c’est vrai que ça serait sympa d’enregistrer une reprise avec quelqu’un d’ici.

    J’ai eu l’occasion d’écouter quelques artistes reggae d’ici, je ne saurais pas vous dire leurs noms, mais je les ai trouvés bons. Après, il y aura toujours le temps de revenir et de le faire. Ce n’est que mon premier voyage ici.

     

    Avez-vous prévu quelque chose de particulier pour vos trois concerts à Tahiti et Moorea ?

    À vrai dire, je ne m’attendais pas forcément à faire une troisième date, mais ça ne change rien au fait que je donnerai le meilleur de moi-même pour proposer un super-concert. J’ai eu mes premières répétitions avec le band et ça s’est très bien passé, donc je pense que ce sera génial. Surtout que j’ai plus d’un tour dans mon sac !

     

    Un mot de la fin pour nos lecteurs ?

    Oui, j’espère que vous viendrez et prendrez du plaisir aux concerts. C’est toujours mieux de partager des vibrations positives dans une bonne ambiance, et c’est ce que j’aimerais diffuser auprès de tous, de la paix et de l’amour. Aussi, mauruuru et merci beaucoup de me recevoir chez vous. J’espère vraiment pouvoir revenir plus tard.

     

    Propos recueillis
    par Vaiana Hargous

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete