Conseil des ministres – Teiva Manutahi n’est plus médiateur de la Polynésie

    jeudi 21 avril 2016

    Au milieu d’une flopée de décisions minimes et en l’absence du président du Pays, parti en Chine pour tenter de concrétiser
    le projet de ferme aquacole, Jean-Christophe Bouissou est apparu bien seul, face à la presse, mercredi midi, à la sortie du conseil des ministres. Costume sombre comme à l’accoutumée, il a fait étalage des décisions prises. Quotas d’importation de fleurs coupées pour la fête des Mères, maintien des prix des hydrocarbures, importation de poules pondeuses ou encore programme de suivi de deux tortues aux Tuamotu (l’une tourne en rond dans le lagon, la balise de l’autre a été repérée dans les terres, aux Marquises. (L’intégralité du conseil des ministres ci-dessous)

    Au milieu de ces annonces, on apprenait que Teiva Manutahi n’avait pas été reconduit dans ses fonctions de médiateur du Pays. “Il a d’autres activités et il pourra les développer”, a laconiquement expliqué le porte-parole du gouvernement. “Le poste de médiateur est maintenu mais, si jamais la structure devait être démembrée, ce sera au travers une délibération à l’assemblée.”
    Même si la question du maintien ou non de ce poste n’a pas été clairement explicitée, Jean-Christophe Bouissou a tout de même tenu à donner son avis. “Je pense que c’est une fonction utile, qui existe ailleurs comme en métropole par exemple.”

    Joint par téléphone hier soir, l’intéressé prenait acte de la décision du gouvernement, sans la commenter. “Le président
    a ses raisons”, a-t-il expliqué, préférant se pencher sur son bilan : “C’est un outil formidable. On évite un grand nombre de décisions judiciaires. Le bilan est positif. On a traité beaucoup de dossiers, à l’OPH, à l’OPT, on a aidé des personnes de toutes conditions sociales.”
    Enfin, même réponse, sans trop mouiller le gouvernement, en ce qui concerne la situation des terrains de Miri. “La volonté du Pays est d’asseoir juridiquement la situation des familles. Ceux qui ont construit ces logements l’ont fait de façon honnête… Notre volonté n’est pas de continuer ce brouillard juridique.”

    Bertrand Prévost

    Louis Bresson 2016-04-22 18:38:00
    @LEPETANT: Le projet de médiateur existait dans les programmes de plusieurs partis avant que Teiva Manutahi ne demande à Gaston Flosse de lui donner le poste. C'est la condition qu'il a posée pour lui apporter son soutien après le premier tour des élections, tandis que les autres autonomistes le snobaient. Manutahi voulait participer à la vie publique, et les autres se privant de toute chance de remporter les élections en traitant avec mépris ses 5% de voix, il a apporté son soutien à Flosse. Ce n'est pas suspect, c'est du pragmatisme, c'est la politique des alliances. Ce n'est pas forcément joli, mais au moins, il ne s'est pas allié avec les indépendantistes... lui.
    Mais cela est désormais du passé. Regardons vers l'avenir: la Polynésie française doit avoir cet outil de démocratie qu'est un médiateur et la vraie question est de savoir si elle en aura un de nouveau bientôt.
    LEPETANT 2016-04-22 08:30:00
    Le débat porte sur les conditions plus que suspectes dans lesquelles la fonction de médiateur a été créée.
    Louis Bresson 2016-04-21 23:28:00
    S'il a reçu 3.000 demandes d'interventions, c'est que sa fonction répondait à un besoin. Peu importe que ce soit lui ou un autre qui reprenne le flambeau, l'essentiel c'est que la Polynésie française ait un médiateur. C'est une fonction que tout pays démocratique se doit d'assurer, comme le font les Pays anglophones.
    Il ne faut pas traiter la question du médiateur en fonction de Teiva Manutahi. Le débat n'est pas là.
    TEPA 2016-04-21 14:49:00
    Ce poste a été créé par M. G. Flosse pour fermer la b..... de M. T. Manutahi
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete