Construction d’un espace seniors et subvention aux épiceries solidaires

    mardi 21 mars 2017

    solidarité sénior

    L’aide aux personnes âgées et aux familles confrontées aux difficultés économiques était au cœur de deux conventions signées hier par le ministre des Solidarités. (© présidence)

    Le ministre des Solidarités, Jacques Raynal, a procédé, hier après-midi, à la signature de deux conventions avec respectivement des représentants de la caisse de prévoyance sociale (CPS) et la direction des affaires sociales, portant sur l’aide à la construction d’un espace seniors et sur une subvention aux épiceries solidaires Fare hotu.

    • Croix-Rouge-Espace seniors  : préparer la Polynésie française au vieillissement de la population

    Les programmes destinés aux personnes âgées sont éligibles au Fonds d’action sociale du RSPF (régime de solidarité de la Polynésie française). Dès la réception de la demande de financement d’un Espace seniors, la direction des affaires sociales a mobilisé ses moyens techniques de mise en œuvre techniques et financiers en participant à hauteur de 4 258 000 F au titre du fonctionnement afin de consolider la faisabilité du projet de la Croix-Rouge française délégation tahitienne : “Espace seniors”. La CPS participe pour l’investissement à hauteur de 3 944 421 F et la commune de Arue, partenaire très actif du projet, a mis à disposition un terrain.

    La Croix-Rouge a initié l’Espace seniors afin de préserver la qualité de vie des personnes âgées. Elle souhaite ainsi réduire les phénomènes d’isolement (retrait de la vie ordinaire) et prévenir les risques de dépendance. Pour optimiser son action auprès des aînés, elle inclut une guidance aux aidants.

    Géré par une psychologue, l’Espace seniors reçoit trois demi-journées de 4 heures par semaine dans un premier temps, et, à terme, proposera cinq demi-journées. Sa capacité d’accueil est de 12 places en salle. Pour les sorties (visites, foires…), la capacité est augmentée à 25 places.

    Seront accueillis en priorité les aînés des communes de Arue, de Mahina et de Pirae.

    La participation de 500 F ouvre droit à des prestations d’activités et d’animations à caractère socio-éducatives pour favoriser l’épanouissement personnel au quotidien, le bien-être et la conservation d’une identité sociale positive. En outre, les proches pourront bénéficier d’écoute, de guidance et d’aide à la gestion de la situation de l’aidé.

    • Épiceries solidaires : dépasser l’aide alimentaire pour aller vers l’accompagnement alimentaire

    La commission technique chargée d’étudier les dossiers de demandes de subvention a validé à l’unanimité l’attribution d’une subvention d’un montant de 21 936 360 F permettant de relancer le dispositif Fare hotu, qui se place dans le développement des politiques d’accompagnement alimentaire.

    Fare hotu veut garantir une sécurité alimentaire. Le défi est d’optimiser les épiceries solidaires en facilitant une alimentation et des produits d’hygiène à 10 % du prix pratiqué dans le commerce et d’organiser des ateliers de formation au budget, à la cuisine, etc.

    Les politiques d’intervention sociale restent insuffisantes pour couvrir les besoins des personnes confrontées aux difficultés économiques du fait d’accident de la vie, de perte d’emploi, bénéficiaires d’aide à l’emploi, artisans, ou personnes âgées /retraités en charge de petits enfants.

    Au 31 décembre 2015, 33 245 personnes ont ainsi bénéficié du dispositif des épiceries solidaires Fare hotu. 80 % des personnes sont affiliées au RSPF. Sur ce total, 60 % vivent en zone urbaine et 40 % sont issues des communes de Taiarapu-Est et Ouest (Tautira, Pueu, Toahotu, Vairao et Teahupo’o).

    Les communes de Arue, Pirae, Faa’a, Punaauia – la dernière en date – et de Moorea mettent à disposition à titre gracieux les locaux des épiceries solidaires. Une épicerie mobile se rend deux fois par mois à la Presqu’île.

    La coopération menée entre les travailleurs sociaux communaux et les épiceries solidaires ont démontré l’intérêt de déployer les réseaux d’aide et de soutien à partir du monde associatif. Ainsi, peuvent être prises en compte des familles confrontées aux difficultés économiques non encore référencées auprès des services sociaux.

     

    D’après un communiqué

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Selon vous, que faudrait-il faire pour améliorer les transports en commun ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete