Contrat de projet – Le président incite les communes à agir

    jeudi 17 mars 2016

    Un comité de pilotage Etat-Pays s’est tenu ce jour sous la coprésidence du Haut-Commissaire de la République et du Président de la Polynésie française, en présence des  élus communaux représentatifs des cinq archipels, du président du SPCPF, du président de l’Assemblée de Polynésie française, des ministres concernés et des Tavana hau de l’Etat.
    Ce dispositif contractuel engage les parties jusqu’en 2020 sur le financement de projets des communes dédiés exclusivement à :
    . l’alimentation en eau potable,
    . la gestion des déchets,
    . l’assainissement des eaux usées,
    . la protection des populations sur les atolls dépourvus d’abris en cas de matérialisation de risques naturels.
    Les investissements communaux portés par le Contrat de projets sont financés, toutes taxes comprises, à hauteur de 85 % à 95 % par l’Etat et par la Polynésie française, de manière paritaire. Les  communes financent pour leur part entre 5 et 15 % du coût total des opérations.
    Suite à l’appel à projets pour 2016 lancé en septembre 2015, 23 dossiers ont été reçus pour un montant total de 5,3 milliards de Fcfp. Les demandes concernent principalement des projets d’adduction en eau potable (91%) et dans une moindre mesure la gestion des déchets.
    Le Haut-commissaire de la république et le Président de la Polynésie française ont retenu la programmation de 10 nouveaux projets pour un montant total de plus de 1,5 milliard de Fcfp :
    -le financement d’une campagne de forage d’eau de reconnaissance à Huahine (59 millions de Fcfp)
    –    la mise en œuvre du programme de travaux d’adduction en eau potable de Taiarapu Est constituant la phase 1 de son schéma directeur d’alimentation en eau potable (249 millions de Fcfp)
    –    la rénovation du réseau AEP de Pirae pour (11  millions de Fcfp)
    –    la rénovation du réseau hydraulique du village de Hauti à Rurutu (116 millions de Fcfp)
    –    la chloration et télégestion des réservoirs de Tairapu Ouest ( 94 millions de Fcfp)
    –    la réalisation d’une galerie drainante dans la vallée de la Tuauru à Mahina (392 millions de Fcfp)
    –    les travaux de pose de compteurs et de mise en conformité des branchements et antennes secondaires du réseau de distribution de Papara (167 millions de Fcfp)
    –    la rénovation de sections du réseau de distribution de Tumaraa (73 millions de Fcfp)
    –    des travaux d’AEP sur la commune de teva I Uta (139 millions de Fcfp)
    –    Études et travaux phase 2 du schéma directeur d’AEP des villages de Motopu, Hanatetena et Vaitahu à Tahuata (89 millions de Fcfp)

    D’après un communiqué de la présidence

    Dans son discours, le président Edouard Fritch a constaté que la plupart des investissements programmés l’an passé n’ont fait l’objet d’aucun démarrage et à inciter les communes à agir :
    « Je sais que la plupart des communes se sont vues notifier les arrêtés de subvention seulement au cours du dernier trimestre de 2015 voire même début 2016 pour certaines. Je sais aussi que les communes sont plus enclines à attendre de se voir notifier les arrêtés de subvention pour lancer les opérations alors qu’elles pourraient le faire plus tôt au plan réglementaire.
    Effectivement, les dispositions statutaires et les procédures réglementaires comptables ne permettent pas d’établir des arrêtés du conseil des ministres dans des délais plus courts. Je comprends donc les maires, surtout lorsque le démarrage des projets impacte leurs fonds de trésorerie d’autant.
    Cela dit, les communes doivent également être garantes de la faisabilité, tant financière que technique des projets d’investissement et veiller à assurer le suivi et le bon déroulement des travaux.
    Plus particulièrement, elles doivent impérativement établir le plus en amont possible, a fortiori lorsque cela n’implique pas d’engagement de crédits, toutes études préalables et avant-projets, de sorte d’être en capacité de lancer leurs opérations en cas de programmation. Disons le franchement, une consommation optimisée des crédits mobilisés constitue le meilleur moyen d’obtention de transferts supplémentaires de l’Etat et je pense que Monsieur le Haut-commissaire est du même avis que moi.
    De la même manière, il s’agit pour les communes bénéficiaires, de démontrer leur considération pour les projets des communes voisines, non retenus en raison de la limite des crédits disponibles. »

     

    rico 2016-03-21 09:55:00
    à quand de l'eau potable à Tautira ?? ils font quoi à la mairie ?? 2016 et pas d'eau potable au robinet alors que la commune est riche en eau.
    brainless 2016-03-18 00:01:00
    la dépêche quand allez vous parler du cas de méningite virale de l'école de Haapiti (Moorea) survenu cette semaine ???
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete