Habillage fond de site

COPF : Tauhiti Nena et Charles Tauziet font appel de leur radiation

jeudi 23 août 2018

copf

L’avenir du Comité olympique et sportif de Polynésie française se jouera sans doute ce soir à l’IJSPF à Pirae. (© archives LDT)

La réunion du Comité olympique et sportif de Polynésie française (COPF) prévue aujourd’hui en fin de journée à l’Institut de la jeunesse et des sports de Polynésie française (IJSPF) à Pirae promet d’être mouvementée si l’on en croit les derniers rebondissements de ce début de semaine.

Le COPF a en effet reçu deux courriers d’une avocate qui a été saisie par les anciennes Fédération polynésienne de boxe (FPB) de Tauhiti Nena désormais dénommée Polynesian boxing association et Fédération tahitienne de rugby (FTR) de Charles Tauziet maintenant appelée Tahiti Rugby Union.

Ces derniers font ainsi appel de leur radiation du COPF, comité désormais présidé par Louis Provost, qui avait exclu ces deux fédérations au motif principal qu’elles n’étaient plus attributaires de la Délégation de service public (DSP). Cette fameuse DSP a en effet été attribuée depuis à deux fédérations dissidentes, celle de boxe anglaise de Polynésie française (FBAPF) et polynésienne de rugby (FPR). Tauhiti Nena et Charles Tauziet n’auront donc pas le droit de voter ce soir pour tenter d’empêcher l’adoption des nouveaux sta- tuts du COPF, et c’est contre cela qu’ils s’opposent en faisant appel de cette radiation.

 

“Un vice de forme caractérisé”

 

Malgré ces appels, le COPF entend néanmoins mener à bien ce vote pour la modification des statuts. “Jusqu’à preuve du contraire, un avocat ne peut pas déposer plainte auprès du tribunal, ce sont les plaignants qui doivent le faire, donc les deux présidents des associations qui doivent le faire, or le COPF n’accueille que des fédérations, pas des associations”, expliquait hier matin

Charles Villierme, vice-président du COPF, alors que le président du COPF était en réunion à la Direction du service jeunesse et sports à Papeete. Une autre réunion devait avoir lieu hier soir au COPF pour envisager les différents cas de figure qui pourraient se présenter ce soir à l’IJSPF.

“Demain (aujourd’hui, ndlr), on a un ordre du jour qui est officiel, à savoir la modification des statuts du COPF, c’est tout, il n’y a pas autre chose, on ne peut pas rajouter. Cela ne veut pas dire que l’on n’a pas acté la réception de ces deux courriers, et on va leur répondre suivant les statuts du COPF, mais pour moi il s’agit d’un vice de forme caractérisé”, ajoute Charles Villierme.

“L’avocat, Madame Laudon, n’est pas membre du COPF, les deux associations citées ne sont pas membres du COPF. C’est vrai qu’ils ont changé de nom, mais au niveau du secrétariat du COPF, ils n’ont jamais fait les démarches officielles pour changer leur appellation. Pour nous au COPF, c’est la Fédération polynésienne de boxe et la Fédération tahitienne de rugby, or les deux associations qui demandent à convoquer une assemblée générale ne sont pas membres du COPF. Donc elles n’ont pas le droit de faire cette demande”, conclut le vice président du COPF.

Cette réunion visant à modifier des statuts qui comprennent aussi l’installation de sportifs de haut niveau au sein du Conseil d’administration du COPF, ou encore la mise en place d’un partenariat avec le CNOSF (Comité national olympique et sportif français) sera déterminante pour l’avenir du mouvement sportif en Polynésie.    

Jean-Marc Monnier

 

Cliquez sur la vignette pour l'agrandi.

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete