Habillage fond de site

CORRECTIONNELLE – Son coup de poing avait plongé la victime dans le coma

mercredi 10 janvier 2018

tribunal justice

« J’avais un autre objectif, moi, c’était le podium », a conclu le prévenu avant le délibéré. (© archives LDT)

“J’avais un autre objectif, moi, c’était le podium”. J.-M.A. avait un emploi, une famille pour laquelle on le dit dévoué et surtout un talent pour le noble art qui lui donnait l’ambition de figurer au plus haut niveau national.

Mais, en mars 2017, tout a basculé et comme souvent en raison de l’alcool. Avec des amis, il fait la tournée des bars et des boîtes de nuit de la ville.

“Je voulais juste m’amuser”, explique le jeune homme de 26 ans, peu habitué à multiplier les bières et les whiskys. Durant la soirée, dans un bar de la rue Colette, deux groupes se toisent, se provoquent du regard.

La tension est palpable selon le prévenu, qui explique que plusieurs hommes voulaient se battre avec lui, sans trop que personne ne puisse l’expliquer. Deux personnes qui souhaitaient en découdre avec J.-M.A. sont exclues par la sécurité, qui invite le prévenu à quitter les lieux pour éviter qu’il ne soit embêté par le reste de la bande.

“J’étais sur mes gardes. Je sentais une tension, j’étais menacé”, dit le boxeur à la barre. Compte tenu de l’alcoolisation avancée de tous les protagonistes, difficile de démêler le vrai du faux, la réalité du fantasme ou de la parano… Toujours est-il que le prévenu se retrouve face à deux hommes discutant avec une femme.

J.-M.A. remarque que l’un d’eux “se place de côté, prêt à charger.” Il lui assène un coup de poing au visage. L’homme, KO, chute lourdement face contre le sol. Il restera une semaine dans le coma. Un ami lui vient aussitôt en aide, mais reçoit le même traitement.

J.-M.A. prend la fuite, alors que la DSP se trouve sur les lieux pour calmer les esprits. “C’était pour fuir la bagarre”, se justifie-t-il. Une course-poursuite s’engage dans la ville jusqu’à ce que J.-M.A. soit plaqué par un policer.

Se sentant violenté, il enserre l’agent de ses jambes et lui met des coups à la tête, avant d’être difficilement maintenu par plusieurs agents.

J.-M.A. devient alors agressif avec les forces de l’ordre : “Je vais vous retrouver dans le civil et je vais vous fracasser un par un”, avertit-il, avant d’expliquer avoir un oncle commandant dans la police. “Il va vous faire la peau.”

Un an plus tard, si J.-M.A. renie les menaces proférées aux policiers, il fait profil bas. “Tout ce qu’il s’est passé, je regrette. J’ai tout perdu.” 

L’avocat de la victime évoque les crises d’épilepsie qui touchent désormais son client et conteste “la réalité subjective de J.-M.A., celle qui s’est passée dans sa tête, ce qu’il a vu”.

Pour le procureur, hors de question de parler de légitime défense, mais estime “qu’il a déjà payé très cher ce qui lui est arrivé”, en perdant également son emploi et que “le coup est allé au-delà de son intention.”

Il requiert deux ans de prison dont un avec sursis. Pour l’avocat de J.-M.A., son client “n’est pas un ivrogne qui écume les bars pour se battre” mais “un artiste des rings, pas intéressé par la violence du MMA. Un sportif qui ne boit quasiment jamais.”

Au final, les juges l’ont condamné à 18 mois de prison dont 9 avec sursis.

 

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, sera au fenua à partir du 21 janvier. Pensez-vous que sa venue sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete