Correctionnelle – Deux mois ferme pour destruction de biens, violence et messages malveillants

    vendredi 27 mai 2016

    Le couple est arrivé il y a quelques mois de métropole. Et, depuis, les choses ne vont pas en s’arrangeant. Frappée régulièrement par son conjoint, selon ses dires, la jeune femme a décidé de le quitter pour protéger leur fils de cinq mois. Sauf que le père de l’enfant ne l’a pas supporté.
    Depuis un mois, il multiplie les dérapages : violences, dégradations et même multiples menaces de mort. Il a notamment détruit l’intérieur de l’appartement familial et adressé appels (jusqu’à 50 par jour) et autres messages menaçants à ses beaux-parents ainsi qu’à son ex-compagne.

    Et à la barre du tribunal où il était jugé en comparution immédiate, hier, il s’est montré tout autant remonté bien qu’il ait essayé de minimiser ses actes. “C’était des paroles d’énervement, pas de vraies menaces de mort. Ces gens-là passent leur temps à m’ignorer et l’ignorance est le plus grand des mépris.”

    Puis d’ajouter, des larmes plein les yeux : “Ces menaces étaient surtout des appels au secours. Ils n’ont pas su les recevoir”. Car l’homme dit avoir agi de la sorte dans le seul but de voir son enfant.
    “Il a dérapé complètement. Il a besoin d’être aidé”, a plaidé son avocat, après avoir évoqué l’enfance difficile de son client.
    Pour le conseil de la famille adverse, le profil du trentenaire est cependant des plus inquiétants : “Il cherche tout le temps à se poser comme une victime. Toute la famille est terrorisée. Il est grand temps de les protéger”.

    “Au sein même du tribunal, il vient insulter, menacer. Il ne respecte rien”, a renchéri le procureur. “Il essaie de justifier son comportement par le fait qu’il ne voit pas son enfant, mais cela ne justifie pas l’emploi de la violence.”
    Puis, s’adressant directement au prévenu : “Vous n’avez aucune résistance à la frustration. Vous ne répondez aux contrariétés que par la violence”.

    Le tribunal l’a finalement condamné à huit mois de prison dont deux ferme avec mandat de dépôt à Nuutania. Le couple doit de nouveau se retrouver, aujourd’hui, au tribunal, mais cette fois-ci devant le juge des affaires familiales.

    J.-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete