Habillage fond de site

Le couple de fonctionnaires écope de quatre ans et un an de prison

mardi 14 février 2017

couple fonctionnaire prison ferme ice

“Ils n’ont pas conscience de la gravité des faits”, a défendu l’avocat d’un couple de fonctionnaires, qui est apparu particulièrement souriant, jugé pour avoir importé de l’ice par voie postale. (© Florent Collet)


Audience peu commune hier en comparution immédiate, où un couple était jugé pour avoir fait venir par voie postale un total de 167 grammes d’ice depuis février 2016.

Le premier coup d’éclat est venu de Vincent Dubois, l’avocat du couple qui a demandé le huis clos pour respecter la “dignité” du couple.
Une requête essentiellement due aux professions des deux prévenus, R.M., est fonctionnaire de la présidence, et sa conjointe, L.P., est enseignante dans l’élémentaire. Une demande refusée.

Alors que la présidente du tribunal correctionnel détaille le déroulé de l’enquête et explique que la dame a été plus bavarde durant la garde à vue, cette dernière la coupe pour la corriger. “Je n’aime pas trop ce mot : bavarde”.
Aussi tôt rappelée à la discrétion par son avocat, celle qui enseigne depuis vingt-cinq ans n’a eu de cesse d’avoir une attitude déroutante durant l’audience, plaisantant avec son conjoint, envoyant des sourires à sa famille dans la salle.
“Je crois qu’elle est encore sous l’effet de l’ice”, a d’ailleurs souligné son avocat durant sa plaidoirie.

Il faut dire que le couple pensait avoir trouvé le bon filon pour se procurer de la méthamphétamine à bon prix, dix fois moins cher que ceux pratiqués au fenua et sans risque.
Par Internet, ce sont d’abord des sachets d’un, puis deux puis cinq grammes qui sont arrivés dans leur boîte postale.
Le couple a expliqué vouloir passer à plus lourd pour être plus tranquille.

Le 6 février, ils sont interpellés après s’être fait livrer 88 grammes d’ice par Fedex, non sans avoir mis l’envoi au nom d’une collègue de travail à qui ils avaient demandé de récupérer le colis.
L.P. explique en consommer depuis un an, lui depuis deux ans, mais ne pas être accroc. Pourtant, ses déclarations vont évoluer au fur et à mesure de l’instruction pour minimiser la partie revente de cristaux à 20 000 F pour 0,1 g.

Si le couple assure que les 167 grammes saisis au final étaient destinés à leur propre consommation, l’enseignante n’a pas caché que cela était aussi destiné à financer leurs achats de tous les jours et à économiser pour prendre rapidement leur retraite.
“Cent soixante-sept grammes, cela aurait été votre consommation jusqu’à la fin de votre vie” a ironisé le procureur qui a mis en avant le casier judiciaire chargé de R.M. et la profession de L.P.
“Cela fait un peu peur de savoir qu’elle enseigne à des enfants qui ont des difficultés”, avant de requérir cinq ans de prison à son encontre et deux ans pour elle.
“Ce sont des écorchés de la vie, a défendu leur avocat, ils n’ont pas conscience de la gravité des faits. Le couple s’est créé son petit monde pour échapper à ses problèmes” faisant allusion à la mise au placard de son client et à sa séparation de L.P.
“J’assume”, dira cette dernière au moment de conclure l’audience. Elle écope de trois ans de prison, dont deux ans avec sursis, lui de quatre ans ferme. Tous les deux ont été conduits à Nuutania. Ils devront en outre payer solidairement l’amende douanière de 20 millions de francs.

 

Compte rendu d’audience F.C.

Orianne Obrize
3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

À l'approche de Noël, êtes-vous attentifs à la qualité des jouets achetés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete