Coups et morsures à la barre

    mardi 21 octobre 2014

    Pas moins de quatre affaires étaient jugées hier en comparution immédiate. Pour au moins deux d’entre elles, il a été question de coups et de morsures.
    C’est le cas de Georges T. au casier aussi impressionnant que sa carrure qui comparait détenu après avoir été reconnu coupable de viol par la cour d’assises. L’homme est aussi connu pour créer des problèmes avec ses codétenus, ce qui a entraîné plusieurs fois son changement de cellule.
    Vendredi dernier, il mène sa corvée de ménage lorsque les surveillants de la prison lui demandent de rejoindre sa cellule.
    Visiblement habitué à pouvoir terminer sa tache quand elle n’est pas achevée, le prisonnier refuse de se plier aux ordres des fonctionnaires pénitentiaires.
    Ces derniers commencent à avancer pour l’amener dans sa cellule, mais Georges T. pousse l’un d’entre eux et s’attaque à lui. Les deux autres surveillants parviennent à le maîtriser et attendent qu’il se calme.
    Lorsque Georges T. semble moins agité, il est libéré, mais fonce aussitôt sur l’un des surveillants pour l’attraper à la gorge. Il est alors aussitôt rattrapé par les deux autres gardiens. L’un d’entre eux saisit Georges T. en passant son bras autour de sa gorge. C’est à ce moment-là que le détenu lui mord le bras. Le surveillant était présent hier à l’audience avec un pansement au bras.

    “Il faut faire ce que disent les surveillants”

    “C’est parce qu’il a mis son bras devant ma bouche, j’avais besoin de prendre de l’air”, s’est justifié le prévenu.
    Pas de quoi émouvoir le procureur de la République qui s’est inquiété de cet homme “qui passe à l’acte peu importe la qualité de sa victime” et qui a requis un an de prison, les dix mois infligés quelques mois plus tôt pour violence sur une personne dépositaire de l’autorité publique n’ayant visiblement pas servi de leçon.
    Son avocate s’est montrée perplexe sur l’utilisation de la force (des coups de genoux dans les côtes) employée à l’encontre de son client et qui lui a valu 14 jours d’ITT.
    “Il a mordu parce qu’il était à deux doigts de s’évanouir”, insistera-t-elle. Il a finalement écopé de dix mois de prison, sa date de sortie programmée se situe donc entre 2021 et 2022.
    “En détention, la règle c’est de faire ce que disent les surveillants, sinon vous allez encore rester longtemps en prison”, a conclu le juge.
    F. C.

     

    “Oui m’sieur. Merci m’sieur”

    einaroarii est majeur depuis six mois. Et à partir de 18 ans, cela change tout pour la justice, il en a fait l’apprentissage hier. Après avoir été condamné déjà à trois reprises par le tribunal pour enfants pour des affaires de vol, il a une nouvelle fois commis un délit samedi dernier, et même deux. Sous l’emprise de l’alcool, il a dérobé deux bouteilles de bourbon au supermarché Cécile à Papeete avant de les cacher dans son short et de prendre la fuite en vélo.
    Mais de retour dans son quartier, il s’est fait détrousser par ses amis. Visiblement déterminé à s’adonner à la boisson, il s’est alors rendu à Hyper U où il a, cette fois, subtilisé quatre bouteilles de rhum.
    C’était sans compter sur la vigilance d’un agent de sécurité qui a pris le jeune voleur la main dans le sac, a récupéré son butin avant de prévenir les forces de l’ordre.
    Hier, le jeune homme n’en menait pas large face aux juges. “Vous savez que vous êtes majeur maintenant ?” “Oui, m’sieur.” “Vous êtes prêt à faire des travaux d’intérêt général ? (TIG)” “Oui m’sieur.“
    Alors que le procureur avait requis cinq mois de prison avec sursis, l’avocate du prévenu a avoué s’être mise en colère lorsqu’elle a revu son client, connu du tribunal pour enfant, à la barre. “C’est un bon garçon, il est encore dans l’adolescence, il n’a pas appréhendé le fait qu’il était majeur. C’est un peu le copain qui fait les choses pour les autres.”
    Avant de se retirer pour délibérer le président a entendu les excuses du jeune homme et sa volonté de rembourser ses erreurs avant de se montrer pédagogue, l’œil sévère .”On peut t’envoyer cinq ans en prison pour cela.” “Oui, m’sieur.”
    Il écopera finalement de cinq mois de prison avec sursis, 180 heures de TIG et l’obligation de rembourser le supermarché Cécile. “Plus de bêtise maintenant. Le prochain coup, on n’évitera pas la prison”, prévient une dernière fois le président. “Oui, m’sieur. Merci m’sieur.“

     

    Il la tape parce qu’elle porte un soutien-gorge

    À Mataiea, dans la nuit de vendredi à samedi derniers, Étienne est allongé sur le lit à côté de sa fille de 3 ans, pendant que sa conjointe regarde une télénovela sur son ordinateur.
    Ne trouvant pas le sommeil, il voudrait que sa moitié s’occupe un peu de lui. Il s’étonne d’ailleurs de la voir porter un soutien-gorge alors qu’elle n’en porte habituellement pas. L’homme se fait alors tout un tas de scénarios digne des plus mauvaises séries brésiliennes.
    Persuadé que sa femme lui cache quelque chose, le ton monte, les insultes pleuvent malgré les pleurs de la petite fille, partie se réfugier dans un coin. L’homme appuie alors sur la mâchoire de sa conjointe qui tente de le repousser. Il la plaque ensuite sur le lit et comme elle se débat, il tente de la coucher sur le ventre.
    Dans la manœuvre, elle parvient à se libérer et le mord à la poitrine. Le coup de poing part directement. Hier, la victime avait encore du mal à cacher un imposant cocard à l’œil. “Le coup est parti tout seul quand elle m’a mordu”, a expliqué Étienne, après s’être excusé auprès de sa femme.
    Cette dernière est décidée à ne plus se remettre avec lui, elle demande des dommages et intérêts pour le préjudice moral. “J’ai envie qu’il soit puni, mais je ne veux pas qu’il aille en prison parce qu’il est seul à subvenir à mes besoins. Mes parents ne sont pas riches, nous sommes 11 et c’est le seul à les aider.”
    Les juges suivront les réquisitions du procureur en lui infligeant six mois de prison avec sursis, assortis d’une obligation de soins ainsi que de verser 150 000 Fcfp à son ex-conjointe. Il est également reparti avec un conseil du président. “Arrêtez de penser que votre femme est infidèle juste en vous basant sur des impressions.” “Oui, mais ces télénovelas, ça pousse à”, lui a-t-il répondu avant de s’interrompre conscient que son geste ne pourrait trouver d’excuse dans le contenu d’une série sud-américaine.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete