Cour d’appel – Trafic de paka à Nuutania

    vendredi 15 juillet 2016

    L’avocat général a demandé, en appel, quatre ans pour Vatea, trois pour Leiana, deux pour Homai et a maintenu les douze mois pour Guillaume.

    L’avocat général a demandé, en appel, quatre ans pour Vatea, trois pour Leiana, deux pour Homai et a maintenu les douze mois pour Guillaume.


    “On se croirait en Sicile”

     

    L’affaire avait fait grand bruit, il y a trois mois. “Trafic d’ice et de paka : prison ferme pour un jeune couple”, avait titré La Dépêche de Tahiti, le 26 avril, après la condamnation du mis en cause.

    Mais le parquet avait décidé de faire appel du jugement, dans ce double trafic hors normes, “dans et hors les murs de Nuutania”, comme l’a précisé l’avocat général, dans son réquisitoire, mercredi matin, au tribunal de Papeete.

    Des faits “absolument gravissimes”, selon ce dernier, qui n’a pas hésité à dire que, dans cette affaire, “on se croirait en Sicile”. Le couple comparaissait, entouré de gendarmes, tel des Bonnie and Clyde.

    Lors de leur procès en comparution immédiate, en avril, l’un, Vatea, était détenu, puisque condamné déjà à quatre ferme en 2013, l’autre, sa vahine, Leiana, sous bracelet électronique.

    Mais, durant de longs mois, de juin 2015 à avril 2016, “madame” dealait, dehors, paka et ice ; et organisait le trafic à l’intérieur de la maison d’arrêt de Faa’a, le trafic d’herbe, sur ordre de “monsieur”, via un téléphone portable saisi en cellule, et la complicité de nombreuses femmes de détenus qui, lors de leurs visites à leurs tane respectifs, “transportaient” 10 boîtes d’allumettes par semaine, soit un total, sur la période en question, de 1,2 kg fumé par les prisonniers, à l’insu des matons.

    Vatea, en débardeur bleu-blanc mercredi, cheveux noirs, courts, légèrement frisés et bouc, reconnaît l’ensemble des faits qui lui sont reprochés, dont le trafic à Nuutania, “en échange de nourriture”.

     

    “Que la justice cogne”

     

    “Pour améliorer l’ordinaire”, a rappelé le président du tribunal, citant le prévenu lors de son audition, qui a également reconnu être l’organisateur du trafic externe avec sa vahine, et la complicité de trois autres hommes, qui comparaissaient libres, mercredi.

    À l’extérieur des murs de la centrale, Leiana, fleur à l’oreille, cheveux auburn mi-longs, elle aussi entourée des forces de l’ordre, reconnaît l’ensemble des faits qui lui sont reprochés alors qu’elle était sous bracelet électronique.

    “La justice a été indulgente avec moi, ce n’était pas vraiment une sanction, j’étais assez sûr de moi”, a reconnu la jeune femme mais qui a tenu à préciser, qu’elle a participé qu’à un seul deal d’ice et non deux, comme reproché dans le dossier.

    “Il faut que la justice cogne dès le début”, lui a répondu, du tac au tac, le président de la cour d’appel. Et malgré l’insistance de ce dernier, le couple ne semble pas avoir compris la leçon de sa première condamnation.

    Le trafic, mis au jour par des écoutes téléphoniques, était sans doute trop fructueux. Trois millions en liquide, une Mini Cooper et un jet-ski ont été saisis au domicile de la jeune femme.

    Leurs comparses, à la barre mercredi, ont reconnu également les faits. Herlino, costaud, t-shirt bleu, bermuda orange, tennis aux pieds et coupe impeccable, reconnaît être le fournisseur de paka du couple, “clients” de son trafic apparemment bien installé, à Outumaoro, à Punaauia.

    “J’ai voulu aider Vatea”, son cousin, a plaidé le jeune homme, peu affable, à la barre. “Avec votre casier, vous allez finir en prison, il faut vous mettre cela en tête”, lui a dit le président de la cour d’appel, faisant référence à ses trois précédentes condamnations, devant le juge des enfants.

    Guillaume, lui, tout de noir vêtu et de forte corpulence, qui n’a “jamais, jamais” fumé, a reconnu avoir dealé de l’ice, 5 grammes, avec l’argent du couple.

    Condamnés respectivement à trois ans et 18 mois ferme pour le couple et à 12 et 15 mois avec sursis, pour les deux comparses en avril, l’avocat général a demandé, en appel, quatre ans pour Vatea, trois pour Leiana, deux pour Homai et a maintenu les douze mois pour Guillaume.

    La cour d’appel rendra son verdict le 11 août.

     

    C.C

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete