Cour d’Assises – Jugé pour viol et agressions sexuelles sur ses trois nièces

    jeudi 2 juin 2016

    Il reconnaît avoir eu un rapport et/ou des gestes déplacés à l’égard des fillettes mais, en substance, dit ne pas en avoir eu l’initiative. “Elle m’a invité à aller derrière avec un mouvement de la tête”, a-t-il assuré, hier, depuis le box des accusés au sujet de l’une des trois victimes présumées.

    À 55 ans aujourd’hui, cet homme comparaît devant la cour d’assises où il risque vingt années de réclusion criminelle. Il est accusé de viol sur l’une de ses nièces d’agressions sexuelles sur une autre et, enfin, d’exhibition, faits impliquant une troisième jeune parente. Deux d’entre elles étaient âgées d’à peine 12 ans au moment des agressions présumées. La famille, forte de 36 membres, vivait dans la promiscuité sur la même parcelle de terre.

    Il a nié toute contrainte

    À la barre, en pleurs face à la cour, les adolescentes ont confirmé leurs accusations. En 2013, le quinquagénaire, père de famille, aurait attiré chez lui l’une de ses nièces avant de la “jeter sur le lit” et de passer à l’acte. Les deux autres auraient, quant à elles, été victimes d’attouchements et/ou eu à faire face à l’homme nu. D’après leurs dires, l’oncle les “appâtait avec de l’argent”. La plus âgée, 19 ans aujourd’hui, a été la moins taiseuse lors de son témoignage : “C’était répétitif, il se montrait nu devant moi (…) Un jour, il m’a appelée sur mon portable à minuit pour aller chercher du poisson. À minuit !”. Puis de lancer, cinglante : “Quand il a bu, il donne l’impression de vouloir faire du mal aux enfants”.

    L’accusé a, pour sa part, juré avoir réfléchi sur les faits depuis son incarcération à Nuutania il y a plus de deux ans. Mais il a nié toute contrainte ajoutant que c’est à leur demande qu’il avait eu des rapports avec deux de ses nièces. Insupportable pour l’une des adolescentes qui n’a pu s’empêcher de le couper d’un “c’est faux” sonore. “C’est elles qui mentent”, a rétorqué le quinquagénaire en fixant du regard magistrats et jurés. Et lorsque la présidente lui a rappelé qu’à l’époque il avait 53 ans et les fillettes 12, il a fini par consentir : “J’ai eu tort”. Sans que l’on sache si ses regrets étaient sincères ou pas.

    Le procès de l’oncle se poursuit aujourd’hui par les réquisitions de l’avocat général et les plaidoiries de l’avocat de la défense. Le verdict est attendu dans la journée.

    Compte rendu d’audience J.-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete