Craintes pour l’environnement en Australie avec l’entrée en service d’un port en eau profonde

mardi 5 mai 2015

C’est un projet de 130 millions de dollars qui vient de voir le jour dans le Territoire du nord : un port en eau profonde, qui se veut être une base d’approvisionnement marine pour l’industrie pétrolière et gazière offshore.
Jusqu’à 30 millions de litres de gazole peuvent être stockés dans les réservoirs. Problème : le port Melville se situe dans les îles Tiwi, à quelque 80 kilomètres au nord de Darwin, un endroit classé d’importance internationale pour la survie des espèces menacées. Éco-guide, Jim Smith nomme quelques unes de ces espèces qui ont élu domicile aux îles Tiwi : « La baleine à bosse de l’Indo-Pacifique, le dauphin à aileron retroussé, toutes nos tortues de mer. Quelques unes des plus grandes plages de nidification des tortues se situent ici ; les tortues olivâtres et les tortues australiennes à dos plat y pondent. Sous l’eau, c’est abondant et merveilleux. »
En tout, selon les autorités, 38 espèces animales et végétales menacées ont été recensées aux îles Tiwi. Et pourtant, lorsque l’entreprise AusGroup, détenue par un Singapourien, a voulu établir un port en eau profonde à cet endroit, elle n’a pas demandé d’autorisation environnementale, contrairement aux lois en vigueur. Tout projet susceptible d’avoir un « impact environnemental significatif » doit en effet être validé par le ministère de l’Environnement.
Les autorités disent n’avoir reçu aucune information sur le sujet. Une réponse qui ne satisfait pas le chercheur Tom Baxter, de l’université de Tasmanie.  « C’est vraiment très surprenant que le gouvernement n’ait pas entendu parler de ce projet. Étant donné son ampleur et son emplacement, si c’est vrai que ce projet a pu être développé à ce point sans même que le gouvernement ait été mis au courant, ça dépasse l’entendement. »
L’Autorité de protection de l’environnement est censée évaluer le port. Elle indique aujourd’hui avoir commencé à étudier l’impact environnemental que pourrait avoir cette base d’approvisionnement pour l’industrie pétrolière et gazière. Pour David Morris, du Bureau des défenseurs de l’environnement, ça arrive un peu tard : « C’est un peu obsolète si le développement est déjà pratiquement fini. Je pense qu’il y a eu une défaillance du côté de l’Autorité de protection de l’environnement. »
Les défenseurs de l’environnement demandent qu’une enquête soit lancée pour déterminer si la loi a été violée. S’il est prouvé que l’entreprise AusGroup est en tort, elle pourrait avoir à payer jusqu’à 5,5 millions de dollars d’amende.
 
Radio Australia

Taui 2015-05-05 11:21:00
Qu''importe les désastres écologiques à venir, c le profit qui compte ! Chapeau bas aux banques, notamment françaises, qui n''ont pas voulu financer ce futur drame écologique. Elles nous ont prouvé là que les choses changent...
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete