Habillage fond de site

La culture des anciens remise au goût du jour

vendredi 2 décembre 2016

matarii punaauia

Fin octobre, les jeunes des quartiers de Punaauia sont partis en immersion totale dans la vallée de Papeno’o, le berceau de Matari’i. Une formidable expérience qu’ils ont essayé de retransmettre aux autres jeunes de leur quartier à leur retour. (© Élénore Pelletier)

 

La commune de Punaauia a décidé de célébrer cette année Matari’i i ni’a. L’événement aura lieu demain après-midi, dans les jardins du Musée de Tahiti et des îles. Des stands d’information et des prestations de danses, de chants et de ’orero seront organisés, ainsi qu’une véritable cérémonie traditionnelle du inura’a ava.

 

 

Pour faire revivre les traditions et rapprocher la nouvelle génération de sa propre culture, la commune de Punaauia a décidé cette année de célébrer Matari’i i ni’a. L’événement aura lieu demain après-midi, dans les jardins du Musée de Tahiti et des îles.

Matari’i désigne une constellation d’étoiles appelées les Pléiades. Elles apparaissent dans le ciel, fin novembre, annonçant ainsi l’ouverture de la saison d’abondance. Durant cette période, la nature se montre généreuse, produisant des fruits et des légumes à profusion et dans la mer, les poissons de récif et de lagon se reproduisent. C’est Matari’i i ni’a.

Lorsque ces étoiles disparaissent du ciel, courant mai, on rentre alors dans la saison de restriction. Les ressources de la nature se font plus rares et à l’époque ancienne, durant cette période, les grands chefs imposaient une restriction ou interdiction de pêche, appelée rahui, dans les zones lagonaires. C’est Matari’i i raro.

Matari’i étaient des moments clés dans la vie des ancêtres polynésiens. Si les Matari’i étaient très largement célébrés par les ancêtres polynésiens, cet événement est aujourd’hui assez méconnu de la nouvelle génération. Seule l’association Haururu perpétue cette tradition depuis de nombreuses années.

 

Matari’i i raro très apprécié

 

La commune de Punaauia a, elle aussi, décidé de la remettre au goût du jour. Elle s’est tout d’abord attaquée à Matari’i i raro, en début d’année. Pour cela, elle s’est appuyée sur trois maisons de quartier qui se situent à Taapuna, Puna nui-Puna iti et Outumaoro, en leur demandant d’organiser trois journées culturelles autour du thème de Matari’i i raro.

Au programme de ces journées : des ateliers de chants, de danses, de percussions, des dégustations culinaires et des initiations aux jeux traditionnels, proposées par la fédération des sports et jeux traditionnels d’Enoch
Laughlin.

À l’issue de ces trois journées de festivité, une grande compétition de sports et jeux traditionnels interquartiers avait été mise en place le 28 mai, afin de mettre en application les connaissances acquises par les jeunes durant les journées culturelles.

À cette occasion, l’association Te va’a mata’eina’a avait organisé une cérémonie traditionnelle de Matari’i i raro. Un beau moment de partage que les jeunes avaient beaucoup apprécié.

 

En immersion totale dans la vallée de Papeno’o

 

“Suite à Matari’i i raro, on s’est rendu compte que les jeunes avaient appris plein de choses sur leur culture en général et les savoir-faire traditionnels, mais qu’ils avaient engrangé peu de connaissances sur la culture Matari’i. On a alors décidé, grâce au contrat de ville, de les emmener directement à la source, c’est-à-dire au Fare Hape, le quartier général de l’association Haururu”, explique William Temahuki, responsable du service jeunesse et vie locale de la commune.

Quarante jeunes ont ainsi été envoyés en immersion totale dans la vallée de Papeno’o, durant trois jours, pour s’imprégner des légendes de la vallée et collecter un maximum d’informations sur  Matari’i et les cérémonies associées.

Ils ont également visité les marae de la vallée de Papeno’o, découvert la cascade de la Maroto, arpenté les sentiers à la découverte des plantes endémiques de la région… Ils ont également pu assister à la levée des unu, sorte de totems installés sur les marae et qui représentent des lignées familiales avec des animaux protecteurs. Et le 20 novembre, ils ont pu prendre part à la cérémonie traditionnelle de Matari’i i ni’a organisée par l’association.

Les jeunes ont été profondément touchés par toutes ces découvertes, dont ils ne soupçonnaient pas l’existence. Demain, fort de leurs connaissances, ils transmettront à leur tour leurs savoirs au public durant une après-midi culturelle et festive qui se clora par une cérémonie du inura’a ava. À l’issue des festivités, un repas collectif à base de fruits et légumes sera proposé aux participants.

Élénore Pelletier

 

capture-decran-2016-12-02-a-08-31-21 capture-decran-2016-12-02-a-08-31-28

82
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote
Aucun sondage.
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete