Culture – Libor Prokop et Yasmina Taumihau ont formé un groupe d’étude et de mise en pratique

jeudi 23 juillet 2015

“Le marae n’est pas une poubelle à démons, lance Libor Prokop. Il faut se défaire de toutes ces idées reçues. Quand on parle d’aller sur un marae, les gens sont toujours réticents, ils ont peur, mais il ne faut pas”. 
Depuis quelques mois, Libor Prokop et Yasmina Taumihau, tous deux membres de l’association Haururu, ont monté hors de ce cadre un petit groupe de travail sur tout ce qui a trait à la culture polynésienne. Une fois par semaine, ils se réunissent chez Libor pour étudier des textes au sujet de notre histoire, entre autres issus du livre Tahiti aux temps anciens, de Teuira Henry, la bible du genre, puis se réunissent sur les marae de Papeno’o pour une mise en pratique. “C’est un groupe de travail, de recherche, mais c’est aussi une mise en situation, explique Libor. Si on étudie des textes, ce n’est pas pour le plaisir intellectuel, mais pour pouvoir l’appliquer sur le marae au travers de protocoles.”

Culte ou pas ?

Ces cérémonies ou protocoles qu’ils organisent entre eux sur le marae, Libor ne les voit pas comme un culte. “Ce n’est pas une religion. C’est là où la question de philosophie intervient pour la compréhension des choses : on n’a pas besoin de rentrer dans un culte, dans le système un peu figé de la religion parce que le concept de atua n’a rien à voir avec le concept du Dieu chrétien. On peut dire que l’approche ma’ohi, du point de vue des atua, est plutôt chamanique, c’est-à-dire qu’on attribue la présence d’un esprit en toute chose. Il ne s’agit pas d’invoquer”.
Yasmina et Libor ont travaillé ensemble durant de nombreuses années sur les projets de l’association Haururu et continuent à le faire. Comme notamment la mise en place d’un protocole sur le marae, le calendrier lunaire, la célébration de Matari’i i ni’a et de Matari’i i raro, des séminaires de formation, la navigation aux étoiles… 
“Mais le monde associatif a ses limites, confie Libor. À un moment donné, l’association doit se fixer des priorités, ce qui est normal parce qu’on ne peut pas tout faire. Nous, nous voulions aller plus loin dans la connaissance et la réappropriation de notre histoire, de notre culture, sans être limité par cela, d’où le groupe de travail. Yasmina et moi faisons partie du renouveau culturel Henri-Hiro. Nous avons dédié des années à la recherche et à la compréhension de l’histoire, et aujourd’hui nous avons un savoir à apporter et nous souhaitons le partager. Je ne dis pas que nous détenons la vérité. Nous serions plutôt comme des coachs qui peuvent soutenir des personnes qui sont dans une démarche sérieuse pour se reconnecter à son histoire, à son marae.”

Tout part et revient au marae

Si le marae tient une place importante dans le travail de ce groupe, “c’est parce que tout est issu du marae”, explique Libor. “Un marae, c’est d’abord une propriété généalogique. Il retrace l’histoire des migrations. Pour remonter le fil de son histoire dans le temps, il faut revenir au cœur. Et le cœur, c’est le marae, parce que dans le marae, il y a les titres, les fonctions, les charges, c’est comme une église, comme une université, comme une bibliothèque… C’est un espace extrêmement particulier. Tous les concepts fondamentaux se font par rapport au marae. Et pour se connecter au marae, ça demande un minimum de connaissance, une conscience historique des choses…”
Il n’est pas exclu que Libor et Yasmina finissent par monter une association, “mais, pour l’instant, il s’agit simplement d’un groupe de travail ouvert à tous”, conclut Libor. 

Vaiana Hargous

manatua 2015-08-03 07:46:00
les atuas n ont rien de chamanique, ce sont des ancetres deeifies...c est tout...ils n avaient pas le concept d un dieux comme les chretiens oui...mais essayer de revivre la culture de l epoque est une grosse fourberie...apprenez l histoire oui...essayez de comprendre l etat d esprit oui....mais vous allez tous retourner dans vos hilux apres , mettre la clim manger un burger et faire une resa pour las vegas sur votre IPAD....etudiez plus profondement la culture ne veux pas dire lire et relire tehuira henri....prenez du recul et observez la grande image....les marae sont d origine d un petit peuple pres des philippines...faites vos recherches et vous saurez ce que represente reelement un marae...bon courrage quand meme...
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete