CYCLISME – Tour Tahiti Nui (21e édition) : les Australiens en force

    vendredi 31 juillet 2015

    Tour de Polynésie, Tour de l’Amitié, décidément le tour cycliste international, qui va fêter ses 22 ans d’existence, n’en finit pas de changer de nom. La Fé-dération tahitienne de cyclis-me, pour des raisons marketing évidentes, a décidé de re-baptiser l’épreuve Tour Tahiti Nui. Le nom de Tahiti étant plus évocateur qu’aucun autre pour la promotion de la course à l’international. 
    Suite à la récente signature d’une convention avec la confédération océanienne, il s’est avéré judicieux de changer de nom. Après de nombreuses années d’absence au sein de cet organisme pour des raisons statutaires, les liens se sont renoués notamment avec la présidente Tracey Gaudry qui devrait être présente au Championnat de France outre-mer, les 12 et 13 septembre prochain à Tahiti. 
    Les retombées de cette convention ne se sont pas fait attendre puisque, pour la première fois de son histoire, ce tour cycliste enregistre la participation d’une équipe venue de Guam. Les Guaméens seront accompagnés de quatre équipes australiennes, dont une s’annonce particulièrement redoutable, et, peut-être,  d’une formation néo-zélandaise. Les Néo-Calédoniens, grands habitués de ce Tour, ont décliné l’invitation pour raisons financières, préférant être présents pour le championnat ultra-marin. 

    Standing supérieur

    Si, parmi ces équipes invitées, l’on retrouve beaucoup de vieilles connaissances australiennes, comme Danny Hennessy ou Samuel Layzell, qui évoluaient déjà un cran au dessus des cyclistes locaux, il est plus surprenant d’avoir invité des coureurs d’un standing supérieur. Ariitea Bernadino, le directeur technique s’en explique : “Une des équipes australiennes est du niveau de celle dans laquelle Taruia Krainer évolue en France (NDLR : stagiaire pro Europcar) afin de relever le niveau de notre tour parce qu’on remarque que, lors de nos déplacements à l’étranger, nos coureurs ont du mal à s’en sortir. C’est un choix à double tranchant, mais nous avons pris cette option pour les faire progresser. Nous voulons aussi organiser un événement qui peut engendrer des retombées économiques, comme le gouvernement le préconise. Ce genre d’équipe australienne a la capacité de pouvoir s’héberger et se restaurer autrement que par le biais de l’IJSPF (Institut de la Jeunesse et des Sports de la Polynésie française). L’époque où nous essayions de tout prendre en charge est révolue, nous préférons proposer des price money plus attractifs.”
    Concernant les équipes locales, il faudra compter sur une quarantaine de participants, répartis dans des équipes mixtes ou de clubs de quatre ou six coureurs, pouvant même compter des coureurs étrangers. Ce devrait être le cas pour une des équipes de Vénus qui comptera sur deux Néo-Calédoniens. 
    L’approche du Championnat de France outre-mer n’a pas été un facteur déterminant pour créer des sélections tahitiennes ; priorité a donc été laissée aux clubs pour qui ce tour est la meilleure vitrine de leurs sponsors. 
    Les Tahitiens auront toutes les raisons d’être motivés puisque ce sera pour certains d’entre eux la dernière occasion de se mettre en évidence avant que la liste des seize coureurs composant les deux sélections tahitiennes pour le Championnat de France outre-mer ne soit rendue. 

    Luc Ollivier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete