Habillage fond de site

CYCLISME – Tour Tahiti Nui : Julien Buisson a évité les pièges

lundi 25 septembre 2017

julien buisson

Le podium du Tour : Julien Buisson, Raimana Mataoa et Enric Lebars. (© Benoît Buquet)


Julien Buisson, la recrue de Punaruu, a remporté le 23e tour de Tahiti samedi soir à l’issue de l’étape finale sur le front de mer de Papeete. Il n’a gagné aucune étape, mais a toujours été bien placé, notamment dans la première échappée décisive à Punaauia. Coureur de deuxième catégorie, il a profité des erreurs des deux cyclistes de première catégorie pour s’emparer du maillot jaune.

“Je suis content, mais il ne faut pas oublier que Thomas Peyroton-Dartet a eu une grosse chute donc il manque quand même sur la fin”, a réagi le vainqueur du Tour, Julien Buisson, samedi soir.

À 24 ans, ce cycliste de deuxième catégorie n’était pas favori au départ mardi à Papenoo. On attendait plutôt une bagarre entre les deux coureurs de première catégorie, Enric Lebars et Thomas Peyroton-Dartet. Mais le premier s’est fait piéger dans l’étape de Punaauia mercredi.

Et le second a été gravement accidenté vendredi à Moorea. Julien Buisson, lui, n’a gagné aucune étape, mais a su éviter les pièges et bien se placer à chaque arrivée pour remporter le maillot jaune au final.

Après le prologue contre la montre de Papenoo mardi, ces trois coureurs se tiennent en trois secondes. Mais dès le lendemain, la première étape en ligne, Punaauia-Pueu-Punaauia, opére une sélection. Raimana Mataoa place une attaque. Thomas Peyroton-Dartet et Julien Buisson le suivent.

Ils arrivent avec 4’10” d’avance sur le reste du peloton. Enric Lebars perd la course ce jour-là : “Enric Lebars s’est fait piéger le premier jour. C’était un élément important éliminé. C’était bien parce qu’il était vraiment fort”, raconte Julien Buisson.

Son deuxième adversaire principal tombe deux jours plus tard. Alors que Peyroton-Dartet et Buisson sont à égalité en tête du classement général (5h50’36’’), le coureur du VCT prend un risque énorme. Il se déporte sur la gauche pour sortir du peloton et heurte un scooter.

Gravement blessé, évasané et opéré en urgence des cervicales, c’est la fin de la course pour lui.

Restent en lice pour le maillot jaune : Julien Buisson, nouveau leader, et Raimana Mataoa, à 28 secondes. Mais le Français est plus fort.

Samedi matin, il porte son avance à 1’13” dans la montée de l’Uranie. Son directeur sportif, Jean-Pierre Lestrade, commence alors à croire à la victoire : “Je n’y ai vraiment cru qu’à l’arrivée de l’Uranie. Parce que Raimana est un coureur très costaud. Mais j’ai vu que Julien était plus costaud que Raimana dans la montée.”

Samedi soir, sur le front de mer de Papeete, Julien Buisson n’a donc plus qu’un concurrent à surveiller : Raimana Mataoa. “La bataille aurait été plus difficile (avec Thomas Peyroton-Dartet, ndlr) parce qu’on était trois dans le même temps. Là, à deux, c’était plus facile à gérer, même si le Tahitien était vraiment très fort”, a-t-il expliqué après son duel remporté contre Raimana Mataoa sur le circuit final de 48 km.

Julien Buisson n’a pas gagné d’étape, mais il a toujours été bien placé : 6e, 2e, 4e et 2e, jusqu’à l’arrivée bien au chaud dans le peloton lors du sprint final de Papeete. Avec le maillot jaune définitivement gagné. 

 

Benoît Buquet

 

• Retrouvez ici le classement : Classement

 

cyclisme cyclisme

 

30
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete