Cyclone Gonzalo à Saint-Martin et Saint-Barthélémy : deux disparus en mer

    mardi 14 octobre 2014

    Deux personnes sont portées disparues en mer mardi au lendemain du passage à Saint-Barthélémy et Saint-Martin du cyclone Gonzalo, marqué par une mer démontée et des vents très violents qui ont également provoqué des dégâts matériels.
    Une personne, tombée de son bateau, demeure toujours considérée comme disparue à Saint-Martin, ainsi qu’une autre à Saint-Barthélémy qui tentait de rejoindre son bateau à bord d’un canot pneumatique, a indiqué mardi à la mi-journée Philippe Chopin, le préfet-délégué auprès des Collectivités d’outre-mer (COM) de Saint-Barthélémy et Saint-Martin.
    Précisant que les chiffres « peuvent être sujets à caution car basés sur des témoignages », M. Chopin a indiqué que 11 des 16 personnes vivant à bord de leurs bateaux et considérées manquantes « ont donné signe de vie et sont saines et sauves ». Parmi elles, une famille de 4 personnes de nationalité canadienne identifiée alors que son bateau était mardi « à l’abri d’un îlet ». Deux avions et un hélicoptère patrouillent sur zone, a-t-il indiqué.
    Il ne reste que « cinq personnes dont on est sans nouvelles, sans pouvoir affirmer qu’elles étaient bien sur leurs bateaux quand ils ont rompu les amarres », a affirmé le préfet-délégué en soulignant que les recherches se poursuivaient. « Elles peuvent cependant être demeurées sur leurs bateaux, à la dérive ou échoués », a-t-il ajouté. Ces cinq personnes en sont pas pour l’instant considérées comme disparues par les autorités.
    « Des renforts en moyens aériens ont été sollicités auprès du ministère de l’Intérieur et de la Défense afin de retrouver les navires à la dérive », a-t-il été précisé. 
    Sur le plan des dégâts matériels, le président de la COM de Saint-Barthélémy, Bruno Magras, a fait état d’une quarantaine de bateaux échoués et pour certains gravement endommagés autour de l’île, généralement considérée comme le Saint-Tropez des Caraïbes.
     

    Limiter la consommation d’eau

     
    « La situation est maîtrisée et n’inspire pas d’inquiétude pour demain comme pour la haute saison touristique » s’ouvrant fin novembre, a estimé M. Magras, en soulignant que « la végétation a beaucoup souffert » même si elle est souvent revigorée dans les Caraïbes après les épisodes cycloniques.
    Les écoles doivent rouvrir mercredi à Saint-Barthélémy mais seulement jeudi à Saint-Martin, « où elles ont été plus touchées », selon le préfet-délégué. Il a fait état, en ce qui concerne les dégâts dans la partie française de l’île franco-néerlandaise, d’arbres et de poteaux électriques et téléphoniques tombés, de câbles électriques et téléphoniques arrachés, de paillottes-restaurants de plage détruits.
    Selon EDF Archipel Guadeloupe, entre deux et trois milliers de personnes restaient privées d’électricité mardi à Saint-Martin et Saint-Barthélémy. En revanche, les deux aéroports de Saint-Martin sont de nouveau opérationnels.
    Toujours à Saint-Martin, un message a été diffusé pour demander à la population de limiter sa consommation d’eau en attendant la reprise progressive des activités de l’usine de dessalement. Par ailleurs, des problèmes dans les réseaux de télécommunication sont encore à déplorer sur les deux îles.
    Gonzalo s’éloignait mardi en direction du nord des Caraïbes et la population des deux îles était à pied d’œuvre pour déblayer les voies de circulation obstruées par des arbres ou des poteaux électriques, couchés par endroits, à la suite de vents qui ont culminé à 204 km/h en rafales à Saint-Barthélemy, selon le service régional de Guadeloupe de Météo France. Sur l’île de Saint-Martin, touchée un peu plus tard par le phénomène, les vents ont culminé à 160 km/h.
    Au lendemain du cyclone, le temps est particulièrement clément mardi à Saint-Barthélémy et Saint-Martin: selon le bulletin de Météo-France à la mi-journée, « le soleil a fait de belles apparitions entrecoupées de quelques averses circulant dans le sillage de Gonzalo, qui peuvent prendre un caractère orageux mais demeurent brèves, avec un vent soufflant entre 20 et 30 km/h et une mer continuant de s’amortir, les creux passant de 2 à 1,50 mètre ».

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete