Dauphin Domingo plus combattant que jamais

    vendredi 28 octobre 2016

    Dauphin Domingo

    (© Archives LDT)


    Une semaine après un conseil municipal agité, au cours duquel la majorité conduite par Jacqui Drollet et Henri Flohr a demandé la démission de Dauphin Domingo, le maire de Hitia’a o te Ra analyse à froid cette nouvelle tentative de déstabilisation.

    D’abord, le refus de voter l’acquisition d’un camion incendie d’occasion est inacceptable. Car après un incendie de voiture à Mahaena et un feu de brousse à Papeno’o, qui n’ont pas fait de victimes, le tavana ne veut pas attendre le prochain sinistre. En cas de drame, sa responsabilité serait engagée.
    Pour des questions politiques, Dauphin Domingo déplore que ses détracteurs “mettent la vie des administrés en danger”.
    Aussi, il a saisi le haut-commissaire afin que le représentant de l’État se positionne sur la situation.
    Peut-être pourrait-il contraindre le conseil municipal à acquérir le camion incendie de Pirae, pour lequel Hitia’a o te Ra a a fait une proposition d’achat à
    3 millions de francs.
    C’était d’ailleurs une option avantageuse, car c’est le même montant que la réparation du camion de la commune en panne depuis plus de deux mois.
    Accusé d’avoir gaspillé un camion offert par Punaauia, Dauphin Domingo rappelle que c’était à l’époque d’Henri Flohr.

    Blocage des demandes d’aide de Tiarei

    La dernière séance du conseil a également alerté Dauphin Domingo sur les pratiques “clientélistes” de la nouvelle majorité qui a adopté des demandes d’aides de Papeno’o, Mahaena et Hitia’a, mais a recalé celles de Tiarei.
    Lors du conseil précédent, le prétexte était que les dossiers n’étaient pas passés entre les mains de l’adjointe en charge du social.
    Mais ce 19 octobre, les dossiers émanant de Tiarei ont encore été ajournés, alors qu’ils avaient bien été visés par Frangélica Bourgeois, l’alliée de Jacqui Drollet.
    Le tavana Dauphin Domingo ne comprend pas non plus que la majorité n’ait pas sollicité – comme lui le faisait – l’aide du Syndicat pour l’électrification des communes du Sud (Secosud)  pour les extensions de réseau, afin de soulager la facture totale prise en charge par les administrés (30 %) et la commune (70 %). La différence peut
    être de plus de 100 000 F par
    dossier.  

    Enfin, accusé d’incompétence par Henri Flohr dans les médias, Dauphin Domingo sourit et rappelle que lui n’a pas été condamné, ni été inéligible. Le tavana actuel se souvient qu’en 2004, après avoir repris le poste, il avait déjà été contraint de combler un déficit de 123 millions laissé par Henri Flohr.

    Ensuite, malgré les alertes des autorités de l’État (-275 millions constatés en 2013), c’est un gouffre de 321 millions de francs qu’a reçu, en héritage d’Henri Flohr, la nouvelle équipe en 2014.
    Dauphin Domingo ne comprend pas non plus l’appétit de Jacqui Drollet à vouloir investir l’argent que n’a pas la commune. L’heure est encore à l’apurement les dettes passées.
    Considéré comme “incompétent”, le maire n’est pas peu fier d’être en avance sur le plan de redressement. C’est ce bilan positif qui le pousse à rester en place malgré l’acharnement de ses adversaires.

    J.-L.M.

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete