Habillage fond de site

Pas de blocage prévu de Nuutania et de Tatutu

mardi 23 janvier 2018

Depuis la semaine dernière, la grogne monte du côté des surveillants pénitentiaires, dans l’Hexagone. Ces derniers se plaignent notamment des récentes violences et agressions dont certains ont été victimes récemment.

Pas plus tard que dimanche dernier, deux gardiens de prison ont été agressés avec une barre de fer par un détenu, dans le Pas-de-Calais.

On comprend et l’on compatit à la souffrance de nos collègues métropolitains”, a confié Pascal Urima, secrétaire général du syndicat UFAP-Unsa dans le Pacifique, représentant les intérêts des surveillants pénitentiaires au fenua.

“On ne va pas faire de caprices”

Pendant nos formations, nous avons été amenés à travailler dans les prisons métropolitaines. Moi, par exemple, j’ai passé un an là-bas. Donc on connaît parfaitement leurs préoccupations, même si nous sommes à des milliers de kilomètres”, insiste le représentant syndical.

Dans ce contexte très tendu, les surveillants pénitentiaires de l’Hexagone ont décidé, depuis hier, de bloquer les accès aux prisons. Ce sont ainsi 140 centres de détention (sur 188), selon les chiffres de l’UFAP-Unsa, qui se sont retrouvés immobilisés.

Pour l’instant, le mouvement national n’a pas eu de répercussions au niveau des prisons de Nuutania, à Faa’a, et de Tatutu, à Papeari.

Cependant, les surveillants pénitentiaires du fenua réfléchissent à une action à mener pour témoigner leur solidarité à leurs collègues métropolitains.

On ne pense pas aller jusqu’au blocage des prisons”, rassure Pascal Urima. “Pendant des années, nous avons été confrontés à des conditions de travail difficiles. Mais depuis l’ouverture de la prison de Papeari, les choses ont beaucoup changé, et ont évolué dans le bon sens pour les gardiens de prison, sur le territoire, et pour les détenus. Donc nous n’allons pas faire de caprices.

Pascal Urima n’a, pour le moment, aucune idée de la manière de pouvoir manifester au niveau local, leur soutien aux gardiens de prison métropolitains. “On réfléchit actuellement à une action adaptée”, a-t-il avancé. Une mobilisation est annoncée aujourd’hui, à 14 heures.

7 prison

Le mouvement national ne devrait pas avoir de répercussions au niveau des prisons de Nuutania (photo), à Faa’a, et de Tatutu, à Papeari. (© Photo : archives LDT)

Désiré Teivao

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon-vous, qui sera élue Miss Tahiti 2018 ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete