Habillage fond de site

De bonnes intentions pour un “tourisme éthique”

mardi 21 novembre 2017

édouard fritch pascal lamy

À côté d’Édouard Fritch, Pascal Lamy, ancien patron de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui défend aujourd’hui l’“économie circulaire” et le “développement durable” au nom de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). (© Benoît Buquet)

C’est un texte plein de bonnes intentions mais très peu contraignant. La Convention-cadre pour l’éthique du tourisme, votée par l’assemblée générale de l’Organisation mondiale du tourisme, le 15 septembre 2017, cherche à engager les États dans la lutte contre le tourisme sexuel, contre l’exploitation des enfants et pour le respect des environnements et des droits sociaux des populations.

Pascal Lamy, président du Comité mondial d’éthique du tourisme qui a dirigé la rédaction de cette convention internationale, l’a défendue à l’ouverture du sommet du Conseil du Pacifique pour la coopération économique (PECC) sur le “tourisme soutenable et responsable”, hier matin à la présidence de la Polynésie française.

“Le texte est maintenant en état d’être ratifié. Je prends donc mon bâton de pèlerin pour convaincre les États et essayer d’atteindre rapidement le seuil des dix ratifications”, a dit Pascal Lamy, qui a dirigé l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de 2005 à 2013.

Pour les territoires français du Pacifique, la ratification directe n’est pas possible. Ce sera à Paris de signer. “La France a voté pour lors de l’assemblée générale de l’Organisation mondiale du tourisme”, soulignait Pascal Lamy hier.

 

“Important que la Polynésie émette ses avis”

 

“Ce n’est pas à nous de ratifier, malheureusement. Ce sera à l’État français, confirmait de son côté Édouard Fritch. Mais nous serons consultés. Bien sûr, ce serait important que la Polynésie émette ses réserves et ses avis sur ce code de l’éthique du tourisme. C’est important parce que ce sont les règles du jeu imposées à tous les acteurs du tourisme de par le monde. Et la Polynésie s’inscrit naturellement parmi ces acteurs.”

Si la Polynésie française n’a pas le pouvoir de ratifier la Convention pour l’éthique du tourisme, un “signal d’adhésion clair serait de rejoindre le code mondial de l’éthique du tourisme, qui peut être signé par tous types d’organisations, même des entreprises”, a souligné Pascal Lamy.

Ce “code” est le texte originel, écrit en 1999 et dont est inspirée la convention de 2017.

Quant aux engagements de la Polynésie française en matière de tourisme éthique, ils sont restés vagues, hier. Le président Édouard Fritch a défendu dans son discours d’ouverture le “développement touristique durable”, aux contours encore vagues.

“Nous voulons ce développement, nous voulons cette croissance économique. Nous souhaitons offrir à notre jeunesse des emplois pérennes, intéressants et attractifs. Nous souhaitons fixer nos populations dans les archipels et dans les îles éloignées. Et que chacun puisse y vivre dignement, en harmonie avec son environnement.”

Benoît Buquet

 

Le PECC

PECC

Le Conseil du Pacifique pour la coopération économique (PECC) réuni à Papeete pendant deux jours pour parler de “tourisme soutenable”.

Le Conseil du Pacifique pour la coopération économique (PECC) est réuni hier et aujourd’hui, à la présidence du pays, pour parler du développement du “tourisme soutenable et responsable” dans le Pacifique.

Le PECC est une organisation permanente qui défend la “coopération économique basée sur des échanges économiques libres et ouverts, un esprit de partenariat, de justice et de respect mutuel” (article 1 de sa charte sur pecc.org).

Le PECC réunit des gouvernements, des universitaires et des chefs d’entreprise des grandes nations du Pacifique : Chine, Japon, États-Unis, Mexique, Chili, Nouvelle-Zélande, Australie… Les nations insulaires du Pacifique n’en sont pas membres mais y participent à travers le Forum des îles du Pacifique qui en est membre.

Idem pour la Polynésie française, Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna, invitées à la table du PECC grâce à la France, membre associé.

Le secrétariat général du PECC est situé à Singapour.

 

 

 

4
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete