De la soupe d’ailerons de requin était proposée au menu

    mardi 5 mai 2015

    La soupe a disparu du menu, les ailerons en stocks ont été détruits et la plainte a finalement été classée sans suite. C’est en résumé le sort de l’action en justice menée le 23 janvier, par l’association Taimoana. 
    Cette dernière représente en Polynésie l’organisation non gouvernementale maritime Sea Sheppered, particulièrement active dans la lutte contre la chasse aux baleines. 
    Mais c’est la protection des requins en Polynésie qui a motivé l’association en début d’année. Malgré des textes (voir encadré) qui interdisent la détention de requin quelle que soit l’espèce, un restaurant de Papeete proposait la fameuse soupe d’ailerons à son menu. 
    L’association avait donc porté plainte. Il y a quelques jours, elle a appris que cette dernière avait finalement été classée sans suite. 
    “Nous sommes très déçus bien sûr, mais cela ne nous décourage pas pour autant. Il n’y a pas grand-chose d’autre à faire de toute façon. Nous n’allons pas nous acharner non plus. Le principal pour nous est que le restaurant ait supprimé ce plat de sa carte et ait détruit les stocks”, explique Yves-Michel Denis, le vice-président de l’association Taimoana. 
    “Le deuxième objectif était d’informer un maximum de gens, grâce aux médias et à Internet, que le requin est une espèce protégée en Polynésie. Nous nous sommes aperçus que très peu de gens le savaient. C’est un but que nous avons à peu près atteint.” 
    Si elle se réjouit d’avoir sensibilisé un peu plus l’opinion publique, l’association ne peut cacher sa déception face à la décision du parquet alors que l’infraction était écrite noir sur blanc sur le menu du restaurant. Du côté du palais de justice, un magistrat explique la raison du choix du parquet. 
    “Le restaurateur a régularisé sa situation, il ne propose plus ce plat à son menu et il n’a plus de stock.” 

    Des dossiers “sur le feu”

    Pas de quoi satisfaire l’association de défense des océans. “C’est un peu écœurant. Dans ce cas-là, on peut aller voler dans le magasin à côté, à partir du moment où je reconnais ma faute, il ne m’arrivera rien. On bafoue la loi et il suffit de le reconnaître pour être blanchi. C’est un peu écœurant, mais ce n’est pas une nouveauté, on a toujours su que l’environnement était un peu le parent pauvre de la justice”, confie ainsi Yves-Michel Denis, qui n’aura pas pu savoir si les requins proposés en soupe avaient été braconnés localement ou importés de l’étranger. 
    “Quand la police est arrivée pour perquisitionner, le propriétaire leur a dit que les stocks avaient déjà été détruits. D’ailleurs, cela vient sûrement du fait que nous avons communiqué un peu trop tôt, nous ne ferons pas la même erreur la prochaine fois.” 
    Car l’association ne compte pas en rester là : “Nous avons trouvé certains contrevenants. Nous sommes toujours dans la période de recherches de preuves. Nous en accumulons quelques-unes, car plus il y en a, mieux c’est. Ensuite, le dépôt de plainte arrivera”, sans en dire plus, sur ces dossiers, actuellement “sur le feu”. 
    Les contrevenants sont prévenus, d’autant que la plainte ne connaîtra pas forcément le même sort. 
    “Le parquet n’est pas une machine”, a ainsi indiqué l’un de ses représentants. “Il module sa réponse pénale, notamment en fonction du casier judiciaire du contrevenant et de la quantité des stocks saisis. La sanction est plus forte contre un braconnier de tortues régulier que contre un pêcheur qui a trouvé une tortue dans son parc à poissons.” 

    F.C.

    tuterai 58 2015-05-07 12:31:00
    pfff fiu es tu entrain de dire que nous ne pouvons plus nous baigner a la mer,que les pécheurs sous marins ne devront plus exercer leur passion sous prétexte que s'ils se font attaquer par des squales se serait de leurs fautes,bizarre comme raisonnement,de pathétique je ne sais qui l'est entre nous.Et avant que les métros viennent nous faire la morale qu'ils commencent chez eux,a commencer par la pèche a la senne par exemple,genre de pèche que nous avons nous pécheurs toujours été contre et pour cause,rien n'échappe au fillet,pas notre système de pèche qui elle est "écologique " puisqu'elle laisse le choix aux poissons de mordre ou pas a l'hameçon,pas le fillet.
    FIU 2015-05-06 14:25:00
    Tuterai 58 : porter plainte contre les requins qui attaquent les hommes ??!! Pfff.. Vas dire ça aux pêcheurs et aux gens qui jettent leurs carcasses de poissons au bord, ou près des côtes. Et après ça s'étonne pourquoi ya des requins. Aux gens aussi de faire attention, les requins sont dans leur milieu naturel ! Avec l'Homme qui pollu sans limite, l'humain doit bien une protection envers les animaux. Et c'est pas parce qu'en Bretagne le requin est pêché, qu'il faut faire de même ici ! Pathétique de prendre exemple sur un pays qui fait pas mieux.
    Tinito 2015-05-05 22:14:00
    C'est marrant comment une affaire aussi grave peut être classée sans suite si rapidement, le restaurateur a détruit les stock... C?est pas de la destruction de preuve ca ? Ah quand ont est d'une grande famille de tahiti la justice ne va pas bien loin... Surement que les magistrats sont bien reçu dans ce restaurant. Bravo la justice !!!
    tuterai 58 2015-05-05 17:09:00
    Question a mr furieux,qui portera plainte contre les requins qui attaquent les hommes?qui paiera les mois d'hospitalisation due aux attaques de requins?qui paiera pour ses hommes ou femmes qui ont perdus un membre?ce sera vous et moi et tout cela pour protéger des requins,je ne dis pas de les masacrer mais il y a une limite a la protection des animaux,et dans dix ans on demandera des subventions aux gouvernements pour tuer des requins parce qu'il y aura une surpopulation de requins,faut savoir ce qu'on veut,protéger oui mais pas avec exces.Parce que vous croyez qu'en bretagne le requin n'est pas péché peut etre?
    David Ruffieux 2015-05-05 13:56:00
    “Le restaurateur a régularisé sa situation, il ne propose plus ce plat à son menu et il n’a plus de stock.” AMEN Le braconnage existe en Polynésie comme ailleurs, il suffit de vouloir regarder et de chercher un peu. Ces gens qui vendent des produits illicites doivent être retrouvés, jugés et condamnés. Où est le problème d'appliquer la loi? Le problème avec ce genre de sans suite, c'est le sentiment d'impunité qui prévaut, les criminels savent qu'ils ne risquent pas grand chose à braconner. Cela va changer quand les procureurs prendront la biodiversité et l'écologie au sérieux. Bravo à l’association Taimoana. Les criminels ne doivent plus dormir tranquille. Tolérance zéro et n'hésiter pas à informer les associations en cas de problèmes, les gendarmes ou les policiers municipaux. Il faut protéger la nature et la vie de l'action de ces criminels.
    Assortie 2015-05-05 12:11:00
    Et alors? Affaire classée! Vous vouliez quoi d''autres? Que ce restaurateur soit fusillé? C''est pas vous qui décidez de leurs sentences. Je pense que ce restaurateur en a bien compris. .. foutez lui la paix c''est tout. Pfff! Il ny a pas eu mort d''homm
    LEPETANT 2015-05-05 10:17:00
    Il y a des problèmes plus urgents que le sort de tueurs d'hommes.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete