De Papeete à Rangiroa : une semaine pour découvrir le microcrédit

    mardi 2 février 2016

    L’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) a lancé, lundi, une nouvelle “Semaine du microcrédit” à Papeete. Après Taravao, Uturoa et Moorea, elle s’achèvera vendredi avec l’inauguration d’une nouvelle antenne à Rangiroa. Des stands d’information sont mis à disposition des porteurs de projet qui souhaitent créer leur entreprise, et donc leur emploi.  En fonction de la solidité de leur dossier, un microcrédit peut leur être proposé pour les aider à se lancer ou à développer leur activité.
    L’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) a inauguré, lundi, une nouvelle “Semaine du microcrédit” devant l’assemblée de la Polynésie, à Papeete.
    L’objectif ? Informer et orienter les porteurs de projet du fenua, qui n’ont pas accès aux crédits bancaires et qui souhaitent casser la spirale du chômage en créant leur propre entreprise, et donc leur propre emploi.
    C’est le cas d’Amélie, par exemple, qui aimerait ouvrir un salon de thé-librairie à Punaauia, et qui est venue se renseigner hier au stand de l’association. “Que propose l’Adie ? Qu’est-ce que c’est ? Une banque ? Où ça se situe ?”, s’interrogeait-elle (lire ci-dessous).
    Depuis son apparition en 2009 au fenua, la structure, dont le siège est situé à Papeete, derrière le cinéma Liberty, a ouvert des antennes à Taravoa, Raiatea, Tubuai et Hao, et inaugurera ce vendredi de nouveaux bureaux à Rangiroa. Elle a déjà accompagné plus de 2 500 porteurs de projet et injecte environ 300 millions de francs par an dans l’économie polynésienne.
    “La plupart de ceux qui viennent nous voir ont entre 20 et 50 ans, en situation de précarité sur le marché de l’emploi, explique Wendy Mou Kui, directrice régionale de l’Adie. D’autres ne parviennent pas à vivre correctement de leur retraite, ou se sont déjà lancés dans la création d’entreprise et ont besoin d’un petit coup de pouce.”
    Snack, couture, importation de pièces détachées… Subventionnée par des acteurs publics comme le haut-commissariat, le Pays ou la mairie de Papeete, l’Adie met à leur service, pour les aiguiller, des équipes de salariés et de bénévoles disposant de compétences spécifiques en droit, comptabilité ou gestion par exemple.
    Surtout, en fonction de la solidité de leur dossier, elle peut leur accorder des microcrédits allant de 12 000 à 1,2 million de francs, sur une durée qui dépasse rarement trois ans. C’est ainsi que Terai, un fabricant de rames de va’a, a pu acheter une machine pour développer son entreprise il y a quelques mois.

    Quatre entrepreneurs récompensés

    À seulement 22 ans, il a remporté hier le prix Cré’adie 2015 dans la catégorie “Jeunes”. Comme lui, trois porteurs de projet déjà aidés par l’Adie ont été récompensés d’un chèque de 120 000 francs offert par les partenaires privés Léon Grosse, la Banque de Polynésie et la Polynésienne des eaux : un éleveur de bénitiers sensible à la préservation de l’environnement, une spécialiste du mono’i qui a développé “de manière significative” son activité grâce à l’ouverture d’une boutique au centre Vaima, et une femme qui s’est lancée dans l’artisanat après un parcours de vie particulièrement difficile.
    Pour les relancer dans l’emploi, et financer une partie de leurs projets, l’Adie emprunte elle-même aux établissements bancaires privés, avec la garantie de l’Agence française de développement.
    Hier, l’association a également signé une convention de partenariat avec la Polynésienne des eaux, qui lui versera une subvention de 895 000 francs les deux prochaines années, “pour soutenir nos missions”, se félicite la directrice régionale. Car toutes les formations de l’Adie sont gratuites. “Il suffit de s’inscrire !, a expliqué hier Aline, une bénévole, à Amélie, qui lui exposait son projet.
    Si celui-ci “tient la route”, la jeune femme pourra, elle aussi, bénéficier d’un microcrédit. “Mais celui-là, il faudra le rembourser !”, a mis en garde Aline. “On vous demandera donc un minimum de garanties, notamment une caution de votre papa, votre maman, ou d’un ami. C’est une façon de vous responsabiliser. Parce que si vous ne rendez pas l’argent, c’est tout le fonctionnement de l’association qui en pâtit.”

    M.G.

    Lire plus dans La dépêche de Tahiti ou en vous abonnant au feuilletage numérique

    Informations pratiques

    Semaine du microcrédit
    Association pour le droit à l’initiative économique (Adie)
    – Taravao, mardi de 8 heures à 15 h 30 : stand d’information au Super U
    – Uturoa, mercredi de 9 à 16 heures : stand d’information au parvis du marché
    – Moorea, jeudi de 8 heures à 15 h 30 : formations et information au centre de jeunesse de Afareaitu
    – Rangiroa, vendredi de 11 à 15 heures : inauguration de l’antenne locale en face de la mairie de Avatoru.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete