De la théorie à la pratique : il faut sauver le corail

    lundi 6 mars 2017

    Bora Bora Sauvetage corail

    Les 5e6 avec Arthur Demachy, derrière le coussin métallique fait par les élèves du Centre d’éducation aux technologies
    appropriées au développement. (© DR)


    Dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), les élèves de 5e du collège de Vaitape, à Bora Bora étudient le corail cette année. En sciences de la vie et de la terre, ils ont étudié son mode de reproduction et le phénomène de blanchiment. Ils ont vite compris que la protection du récif corallien était indispensable pour le développement économique de l’île.

    Ils ont alors trouvé avec leur professeur un moyen de convaincre nombre de personnes, en élaborant en cours de géographie des dépliants faits main à l’attention des habitants et des touristes. En technologie, ils apprennent à les faire en version informatisée. Peut-être seront-ils bientôt traduits en cours de tahitien et d’anglais ! En bref, au collège de Vaitape, il y a toujours un petit branchu ou massif qui fait parler de lui, et pas seulement !

     

    Les élèves passent à l’action

     

    Trois classes de 5e (parce que les financements ne permettaient pas de faire participer tous les élèves) ont pu jouer les sauveteurs en recréant un jardin de corail devant le collège, sur le modèle de celui qu’ils avaient visité au Pearl Beach en classe de 6e.

    C’est ainsi que le biologiste marin Denis Schneider, accompagné d’Arthur Demachy, scaphandrier, scientifique et moniteur de plongée, sont venus les rencontrer au collège. Au préalable, les élèves du Centre d’éducation aux technologies appropriées au développement (Cétad) de la section Gemm (Gestion et entretien des milieux marins) avaient fabriqué, sous la direction de Olthony, des coussins métalliques pour accueillir les morceaux de coraux malades.

    Une prochaine fois, Denis Schneider exposera certainement le principe de l’électrolyse aux élèves de métallerie.
    Jeudi dernier, lesdits élèves ont reçu, en classe, des informations supplémentaires sur le corail puis sont allés dans le lagon, tout près du bassin de natation, fixer sur les coussins des morceaux de coraux malades ou cassés trouvés à proximité. Chaque élève a pu déposer quelques coraux, branchus ou massifs. Ils verront pendant leurs cours de natation l’évolution de ces récifs artificiels et auront plaisir à regarder le fond du lagon.
    Dans l’ensemble, Arthur Demachy est très content de cette intervention auprès des élèves qu’il a trouvé motivés et intéressés. 

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete