Habillage fond de site

Le débat se prolonge chez les plongeurs

lundi 28 août 2017

plongée

La réforme en cours sur la plongée sous-marine suscite bien des débats chez les plongeurs. (© DR)

Suite à une lettre ouverte publiée la semaine dernière dans nos colonnes et rédigée par Fred Thibur, un autre collectif de plongeurs a tenu, à son tour, à faire parvenir au gouvernement et aux médias son point de vue sur la réforme en cours.

La missive, signée par Victoire Tetoka, présidente de la FPESSM, Pascal Le Cointre, président de la commission technique, Valérie Stoessel, déléguée de l’ANMP en Polynésie, Philippe Molle, délégué du SNMP en Polynésie et Isabelle Klein, secrétaire générale du GMPP, a pour but d’interpeller sur plusieurs points, avec une plume qui ne manque pas d’acidité.

“Nous, organismes professionnels et fédérations (ANMP, GMPP, SNMP, FPESSM), tenons à réagir à la problématique liée à la nouvelle réforme et aux polémiques dont la presse s’est emparée. Nous déplorons que certains jouent sur la corde sensible de l’identité polynésienne en accusant les organismes professionnels et la fédération de ne défendre que les diplômes d’État, alors que nous sommes les premiers à avoir demandé que soit mis en place une formation locale adaptée au contexte polynésien, avec équivalences nationale et internationale.”

Dans cette lettre de six pages, ces professionnels estiment que “former un moniteur en deux semaines avec un minimum de 100 plongées ne permet pas de lui donner des compétences suffisantes pour exercer un métier à haute responsabilité”.

“Il ne faut pas noyer le débat en véhiculant des idées fausses et stériles”, poursuivent-ils, “mais se focaliser sur les questions essentielles. Il s’agit avant tout de débattre autour d’un texte qui se fixe les objectifs suivants : définir un nouveau cadre et abroger l’ancien texte de loi datant de 1992, répondre aux nécessités d’emploi local en permettant à la jeunesse polynésienne d’avoir un accès direct à la formation et aux métiers de la plongée, répondre aux attentes exprimées par les opérateurs touristiques pour accueillir en toute sécurité les plongeurs internationaux.”

Aussi, les signataires proposent plusieurs options, comme “garantir le niveau de qualité des moniteurs sur le fenua, accueillir au mieux tous les plongeurs de toutes les écoles étrangères, limiter le nombre de plongeurs par palanquée (groupe de plongeurs), pour le confort et la sécurité.”

“Depuis toujours, la Professional Association of Diving Instructors (PADI) souhaite investir le marché français. La Polynésie est aujourd’hui utilisée comme un moyen de forcer les portes de la France”, constatent les rédacteurs du courrier.

 

LDT

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete