Décès de David Bowie, pluie d’hommages à une légende du rock

    lundi 11 janvier 2016

    David Bowie, légende du rock britannique, est décédé dimanche à 69 ans d’un cancer, deux jours après la sortie de son 25e album, et une pluie d’hommages à travers le monde a salué l’artiste novateur qui a inspiré des générations de musiciens.

    « David Bowie est mort paisiblement entouré de sa famille à l’issue d’un courageux combat de 18 mois contre le cancer », ont annoncé lundi les comptes Twitter et Facebook de la star britannique.

    « Désolé et triste de dire que c’est vrai. Je serai déconnecté pendant un moment. Je vous aime tous », a confirmé son fils Duncan Jones en postant sur Twitter une photo en noir et blanc de lui bébé, juché sur les épaules de son père.

    L’annonce, a surpris le monde entier car Bowie avait réussi à tenir quasiment secrète sa maladie, s’abstenant de paraître en public depuis des mois sans éveiller trop de questions.

    Le décès du chanteur « aux mille visages », pour sa propension à adopter de multiples personnalités, est intervenu deux jours après la sortie de son 25e album « Blackstar », le jour de son 69e anniversaire.

    Véritable artiste caméléon, Bowie, qui a vendu 140 millions d’albums au cours de sa carrière selon les estimations, montrait dans cet album qu’il était toujours décidé à surprendre, en se laissant aller à de séduisantes expérimentations jazz.

    Ce n’était pas un album testament mais « un album tourné vers le futur, de quelqu’un qui redevient maître de son destin, à la fois expérimental et pop, loin du repos du guerrier, un album de battant, de casse-cou … le plus audacieux depuis presque trente ans », a déclaré à l’AFP Jean-Daniel Beauvallet, rédacteur en chef au magazine Les Inrockuptibles, basé à Brighton.

    – Influence mondiale -Les hommages à sa carrière pleuvaient lundi sur les réseaux sociaux, provenant aussi bien de ses fans, du monde de la musique que de personnalités politiques.

    « Au revoir David Bowie. Tu es maintenant parmi les #Heroes. Merci d’avoir aidé à faire tomber le Mur » de Berlin, a tweeté le ministère allemand des Affaires étrangères, en référence à son titre Heroes.

    Cette chanson avait été écrite alors que Bowie vivait à Berlin-Ouest à la fin des années 1970 pour fuir sa gloire et sa dépendance aux drogues.

    « L’amitié de David était la lumière de ma vie. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi brillant. Il était le meilleur », a tweeté Iggy Pop, 68 ans, qui a collaboré avec lui pendant sa période berlinoise et notamment sur la chanson China Girl.

    Madonna s’est dite « effondrée », les Rolling Stones ont salué « un artiste extraordinaire, Paul McCartney a loué « une grande star » et s’est dit fier de l’influence qu’il a eu sur la scène musicale mondiale tandis que Kanye West, les Pixies ou encore les Foo Fighters se sont revendiqué de son influence.

    « C’était un honneur et un privilège de diffuser sa musique au monde entier », a réagi sa maison de disque, Columbia.

    Bowie avait aussi des amis dans le monde de la mode, dont le styliste britannique Paul Smith, 69 ans, qui lui a rendu hommage lors de la présentation lundi de sa collection masculine automne-hiver 2016 à Londres. Les deux hommes avaient travaillé ensemble récemment sur un tee-shirt portant l’étoile noire du dernier album du musicien.

    « (…) Son talent était évident, très impressionnant », a-t-il dit.

    – Blackstar, « un cadeau d’adieu » -David Bowie est né David Robert Jones le 8 janvier 1947 dans une famille modeste de Brixton, quartier populaire du sud de Londres, où des fleurs et bougies ont été déposées tout au long de la journée au pied d’une grande fresque figurant son visage.

    Des fleurs et des larmes ont aussi accueilli l’annonce de sa mort devant sa maison de Manhattan à New York et à son ancienne résidence berlinoise, Hauptstrasse 155.

    Il avait quitté l’école dès l’adolescence et accédé à la notoriété en 1969 avec « Space Oddity », une balade devenue mythique sur l’histoire de Major Tom, un astronaute qui se perd dans l’espace.

    Il avait ensuite multiplié les albums, les changements musicaux et de personnages, s’amusant à se transformer en s’appuyant sur sa formation de mime et son goût pour le costume, la mode ou encore le théâtre kabuki. Bowie avait également tenu une trentaine de rôles au cinéma.

    Il avait enchaîné disques et tournées jusqu’au début des années 2000 mais un accident cardiaque en juin 2004 sur la scène d’un festival allemand avait mis fin à cette période très productive.

    Contraint à un long repos, il s’était fait rare les années suivantes mais avait récemment multiplié les projets: générique de série, comédie musicale, quelques apparitions comme sur le dernier album de The Arcade Fire, semblant redevenir celui qui dictait la mode dans les années 1970.

    Après « The Next Day » sorti en 2013, son 25e et dernier album est placé sous le signe d’une mystérieuse étoile noire. « Sa mort ressemble à sa vie: une oeuvre d’art », a commenté son producteur de longue date Tony Visconti. « Il a fait Blackstar pour nous, un cadeau d’adieu ».

    Agence France-Presse

    L’homme aux mille visages

    Camélon du rock, David Bowie a bâti sa carrière sur des réincarnations successives, à travers les personnages de Ziggy Stardust, Aladdin Sane, ou du Thin White Duke, alliant expérimentations et musique populaire pour séduire un large public.

    Aussi à l’aise avec Beckett et Nietzsche qu’avec ses amis Lou Reed ou Iggy Pop, il a passé sa vie à explorer de nombreux genres musicaux, avec de fréquentes incursions dans le cinéma, le théâtre, la mode ou la peinture.

    Bowie venait de sortir, le 8 janvier, jour de son 69e anniversaire, le 25e album de sa riche carrière, « Blackstar », applaudi par la critique. Il est décédé deux jours plus tard, après une lutte de dix-huit mois contre un cancer.

    Il continue à inspirer à la fois la mère de famille qui fredonne ses airs et le jeune rebelle qui revisite son look androgyne et trouble des années 1970. L’ambivalence sexuelle est l’un des thèmes récurrents de ses chansons, avec la peur et l’aliénation.

    Son succès se mesure au nombre d’albums vendus, plus de 140 millions, mais aussi à l’influence que ce touche-à-tout visionnaire exerce sur des générations d’artistes, de Lady Gaga à Placebo ou Blur. Combien de chanteurs peuvent attirer plus d’un million de visiteurs sur leur seul nom, comme pour l’exposition itinérante « David Bowie Is », lancée en 2013 à Londres ?

    Rebelle, il refusa les honneurs officiels. La reine Elizabeth II voulut l’anoblir en 2003 mais contrairement à nombre de ses pairs –Paul McCartney, Mick Jagger ou Elton John– il déclina l’honneur, selon les médias britanniques.

    Mais il fut aussi un homme d’affaire avisé et le premier chanteur, en 1997, à transformer ses droits d’auteur en obligations, les « Bowie Bonds », gagés sur sa musique, avec ses droits d’auteur en garantie, un mécanisme plus couramment utilisé pour les crédits automobiles ou les hypothèques.

    – Percée aux Etats-Unis -David Robert Jones est né le 8 janvier 1947 dans une famille modeste de Brixton, un quartier populaire du sud de Londres. A seize ans, lors d’une bagarre, son oeil gauche est gravement endommagé. Il gardera une pupille constamment dilatée créant l’impression qu’il a des yeux de couleur différente.

    C’est à ce moment-là qu’il quitte l’école et commence sa carrière musicale. Le premier succès viendra en 1969 avec « Space Oddity », une ballade devenue mythique sur l’histoire de Major Tom, un astronaute qui se perd dans l’espace.

    Parallèlement, il suit des cours de mime. Cet apprentissage, ainsi que son goût pour le costume, la mode ou encore le théâtre kabuki, l’aideront plus tard à se muer en homme aux 1.000 visages.

    La valse des avatars se poursuit, tour à tour travesti décadent, extraterrestre glam-rock (Ziggy Stardust, 1972) ou pirate punk (Halloween Jack, 1974).

    Derrière ces masques, David provoque, multiplie les déclarations contradictoires, notamment sur son orientation sexuelle, alimente les chroniques mondaines, enregistre des disques inégaux, irrite et fascine.

    En 1975, David Bowie fait une percée aux États-Unis avec « Fame », coécrit avec John Lennon, qui se classe numéro un, et l’album à succès « Young Americans ».

    Le chanteur vit alors aux USA avec sa femme Angie mais, en 1976, il part s’installer pendant trois ans à Berlin-Ouest avec son fils Zowie, laissant derrière lui une vie marquée par la cocaïne.

    De 1976 à 1979, au cours de sa période berlinoise, il produit avec Brian Eno une trilogie (Low, Heroes et Lodger) qui ouvrira la voie à la « cold wave ».

    Son album « Let’s dance » en 1983, conquiert un public plus jeune sur les pistes de danse.

    Mais à partir de 1988, sa période hard rock avec le groupe Tin Machine, reçoit un accueil mitigé.

    – ‘Me voici, pas vraiment mourant!’ -Au cinéma, Bowie a joué notamment dans « Furyo » de Nagisa Oshima, « Les prédateurs » de Tony Scott ou « La dernière tentation du Christ » de Martin Scorsese.

    Il se remarie avec la mannequin somalienne Iman en 1992, avec qui il aura une fille, Alexandria, et après une période en Suisse, se partage entre Londres et New York.

    David Bowie reprend sa carrière solo et, toujours novateur, dévoile en 1999 son album « Hours » sur le web, autorisant le téléchargement de ses albums moyennant finances.

    Jusqu’au début des années 2000, il enchaîne disques et tournées mais un accident cardiaque en juin 2004 sur la scène d’un festival allemand met fin à cette période.

    Contraint à un long repos, il se fait rare, avec à peine quelques apparitions sur scène aux côtés d’Arcade Fire, Alicia Keys ou l’ancien guitariste de Pink Floyd, David Gilmour.

    Alors que les rumeurs alarmantes sur son état de santé vont bon train, il rebondit en 2013 avec un album bouillant de vie, « The Next Day ». « Me voici, pas vraiment mourant », avait-il alors hurlé, tout à sa rage, sur la chanson du même nom

    Agence France-Presse

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete