Décès – Dernier voyage pour Alphonse Vanfau, le Quincy Jones polynésien

    mercredi 13 juillet 2016

    Mirko, Alex, Heiarii, Valérie, Maima Vanfau. Manquent Wilsteeve et Meili, la petite d’Alphonse Vanfau, décédée à l’âge de deux mois.  (Photo : Christophe Cozette)

    Mirko, Alex, Heiarii, Valérie, Maima Vanfau. Manquent Wilsteeve et Meili, la petite d’Alphonse Vanfau, décédée à l’âge de deux mois. (Photo : Christophe Cozette)


    La musique perd un de ses plus grands acteurs

     

    Alphonse Vanfau, “père de la musique polynésienne” comme l’a écrit la commune de Faa’a dans un communiqué reçu hier, était né le 22 février 1942 à Tahiti mais nous a quittés le 28 juin, en Nouvelle-Zélande, à l’âge de 74  ans, emporté par la maladie, laissant le monde de la musique, de la culture, triste comme un gospel. Près de 300 personnes, hier soir, lui ont offert un dernier hommage, à Pirae.

    “Il a vécu durant plusieurs années dans sa maison construite sur les hauteurs de Auae”, a rappelé la commune d’Oscar Temaru. “La ville de Faa’a perd un homme d’une grande valeur, très engagé dans la vie artistique et musicale et toujours au service des artistes”, a précisé le service communication.

    En 1965, Alphonse a notamment créé et, pendant de longues années, dirigé le Studio Alphonse. C’est grâce à ce studio que des artistes de renom comme Barthélémy, par  exemple, ont été révélés. Cette époque, Michel Buillard, maire de Papeete, présent hier soir, visiblement très ému, l’a bien connue et a même consacré un chapitre sur les Super Boys, le groupe d’Alphonse, dans son libre Tamarii Tahiti.

     

    Des milliers de cassettes

     

    “Impossible d’oublier les prestations du fameux orchestre des Super Boys, avec le chanteur vedette Coco Mamatui et l’accordéoniste Alphonse Vanfau. Engoncés dans leurs costumes de lumière, chemise de soir à manches longues, boléro rouge assorti, pantalon bleu à rayures, chaussures pointues, ils avançaient maladroitement sur la scène et, dès les premières mesures, déchaînaient l’enthousiasme des copains venus en nombre acclamer leurs idoles”, se souvient Michel Buillard, dans son livre “de jeunesse”.

    Ses enfants, Mirko en tête, journaliste caméraman bien connu à Polynésie 1ère, mais aussi ses frères et sœurs, se souviennent. “Quand, on était petit, avec mes frères et sœurs, on dupliquait les cassettes. Papa n’avait aucun autre employé que nous”, s’est rappelé Mirko (lire ci-contre). Et son jeune frère, Alex d’ajouter : “Même à Noël car les cassettes partaient le lendemain”.

    Ce sont des milliers de cassettes qui ont ainsi défilé dans les mains, durant de longues années. Bien plus tard, entre 2001 à 2004, Alphonse Vanfau avait occupé le poste de président de la Spacem, la société des auteurs compositeurs polynésiens.

    Arrivé lundi soir, son corps a été exposé dès 10 heures, hier, en l’église Saint-Jean Bosco, à Pirae, et la veillée, qui a démarré à 18 heures, a attiré une foule nombreuse, autour des enfants d’Alphonse.

     

    La levée du corps se fera aujourd’hui, à 13 heures et sera suivie de l’inhumation, à 13 h 30, au cimetière du Chemin du repos éternel, à Arue, le cimetière chinois.

     

    C.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete