Décès du militaire à Papeete : le doute sur la contagiosité n’est pas levé selon le parquet

    jeudi 26 mars 2015

    S’il est désormais établi que le militaire français d’origine marquisienne, âgé de 35 ans, décédé lundi dans un appartement du quartier du commerce, à Papeete, n’avait pas contracté le virus Ebola, le doute sur la contagiosité de sa maladie n’est pas encore levé, selon le parquet de Papeete. Parquet qui a ouvert une enquête mardi en « recherche des causes de la mort ». C’est d’ailleurs parce que ce doute n’est pas totalement levé scientifiquement que le corps a été restitué à la famille dans un cercueil en zinc et scellé, selon le principe de précaution. Malgré ce, l’autopsie réalisée, hier, par deux médecins légistes, dont un militaire, laisse à penser, de visu, que le soldat aurait succombé au paludisme, un parasite transmis par un moustique non présent au fenua. Selon l’institut Pasteur, « cette maladie cause aux alentours d’un million de victimes par an dans le monde. Environ 40% de la population mondiale est exposée à la maladie et 500 millions de cas cliniques sont observés chaque année ».
    Le militaire décédé, qui était en vacance au fenua depuis le 7 mars, venait d’effectuer quelques semaines auparavant une Opération extérieure (Opex), en Centrafrique, pays où le paludisme est très présent. Selon le parquet, les médecins ont prélevé des échantillons de viscères et de sang afin de les faire analyser par un laboratoire en métropole pour confirmer l’hypothèse du paludisme, qui reste aujourd’hui privilégiée. Les résultats devraient être connus dans une quinzaine de jours.
     
    Karim Mahdjouba

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete