Décès d’un rameur sur la course du Trophée de l’Amiral

    lundi 30 mai 2016

    Le Trophée de l’Amiral est un rendez-vous apprécié des adeptes du va’a. Et le chiffre de participation à cette nouvelle édition —107 inscriptions— était là pour le démontrer, ce qui se traduisait par une plage de Taaone rarement aussi noire de monde.
    Pour expliquer cette popularité, il faut dire que les organisateurs, issus des rangs militaires, proposent une course accessible, ouverte aux équipages mixtes, avec deux parcours de longueurs différentes.

    Après le double marathon de Polynésie Première entre Tahiti et Moorea, puis le Défi Va’a News, long de 71 km, ce Trophée de l’Amiral était en fait attendu de bien des clubs plus modestes, qui ne s’étaient pas engagés dans aucune des deux courses précitées.
    Le club sport et loisirs de la gendarmerie (CSLG), dans lequel ramait Philippe Villaume, ne faisait pas partie de ces équipages moins aguerris, peut-être moins entraînés, qui gonflent habituellement le peloton du Trophée de l’Amiral.

    Notre malheureux rameur avait, avec ses camarades, participé à la Défi Va’a News. Par ailleurs, il a participé à plusieurs éditions de la grande course des îles Sous-le-Vent, la Hawaiki Nui Va’a.
    À 45 ans, Philippe Villaume, ayant sa licence fédérale depuis cinq ans, était pratiquant de longue date.

    Son amour du va’a lui est sans aucun doute venu de ses précédents séjours en Polynésie française, et il ne se contentait d’ailleurs pas d’une pratique collective avec ses partenaires, mais possédait également un va’a ho’e avec lequel il s’entraînait régulièrement et participait à des compétitions officielles.

    “Il ne réagissait plus !”

    Interrogés peu après le drame, les rameurs de son équipage nous indiquaient que “son appartenance au CSLG venait du fait qu’il était lui-même ancien militaire, ayant notamment officié sur porte-avions”.
    “À la retraite, il avait souhaité s’établir à Tahiti et avait trouvé un emploi comme mécanicien au centre polynésien de perfectionnement au pilotage (C3P).”

    Ils nous expliquaient alors comment s’était déroulé le drame. “Nous n’avons pas compris de suite ce qui se passait. Lorsqu’on a franchi la ligne d’arrivée, il s’est mis en arrière dans le va’a. Ce n’est que lorsqu’un de nous a vu qu’il avait laissé tomber sa rame et qu’en l’appelant et en l’arrosant il ne réagissait pas, qu’il nous a dit qu’il y avait un problème avec Philippe.”
    La ligne d’arrivée était alors à peine franchie. Les secouristes intervenaient aussitôt, mais ils ne tardaient pas à évaluer la gravité de la situation et faisaient appel au Samu.

    La journée promettait d’être belle, avec 107 équipages au départ d’une course prisée des rameuses et rameurs : le Trophée de l’Amiral. Malheureusement, l’un des rameurs, Philippe Villaume, a été victime d’un arrêt cardiaque, au terme de sa course, et n’a pu être réanimé, malgré tous les efforts du personnel médical. D’après les dirigeants de la fédération tahitienne de va’a, il s’agit du premier drame fatal dans le cadre d’une course placée sous leur responsabilité.

    Une heure plus tard, sous la tente à disposition du personnel médical, les médecins à son chevet décidaient d’arrêter leurs tentatives de réanimation qui étaient, jusque-là, restées vaines…
    Le représentant de l’Amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle demandait alors à tous les rameurs et spectateurs encore présents de se réunir sur la plage de Taaone.

    Il annonçait avec gravité le décès de Philippe Villaume, en proposant une minute de silence, lourde en émotion. L’heure n’était plus à l’annonce de résultats qui paraissaient désormais dérisoires et encore moins à une remise de récompenses.
    Chacun repartait avec peine ; tous avaient une pensée pour son épouse et sa petite fille, qui étaient venues à l’arrivée encourager Philippe ; certains se remémoraient encore le rameur en train d’encourager ses coéquipiers tout au long du trajet…
    Il n’y avait eu aucun signe avant-coureur du drame qui allait se dérouler sur la plage de Taaone, en ce triste samedi.

    G. Verdet

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete