Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Décharge de Faa’a – Vers un rachat à l’amiable de la terre Mumuvai

mercredi 1 mars 2017

décharge faa'a

Parmi les points importants débattus lors du conseil municipal : la volonté de la mairie d’acquérir la terre Mumuvai, dans le souci d’obtenir la maîtrise foncière de l’actuelle décharge communale. (© archives LDT)


Le premier conseil municipal de l’année 2017 s’est tenu hier matin à Faa’a. Avant d’attaquer les points inscrits à l’ordre du jour, les élus sont revenus sur les fortes pluies qui se sont abattues sur la commune fin janvier et mi-février, provoquant de nombreuses inondations et éboulements ainsi que le décès de Pitanui Teriitehau. Parmi les points importants débattus figurait la volonté de la mairie d’acquérir la terre Mumuvai, dans le souci d’obtenir la maîtrise foncière de l’actuelle décharge communale.

Le premier conseil municipal de l’année 2017 de Faa’a a eu lieu hier matin, en présence du maire Oscar Temaru, qui a pour une fois assisté à plus de la moitié de la séance.

Avant d’attaquer les points inscrits à l’ordre du jour, les élus sont revenus durant plus d’une heure sur les fortes pluies qui se sont abattues sur la commune fin janvier et mi-février. Celles-ci ont en effet provoqué de nombreuses inondations et éboulements dans la commune, mais ont surtout causé le décès d’un jeune agent, Pitanui Teriitehau.

Ce trentenaire officiait comme pompier au moment du drame et sa disparition a été un choc pour toute la communauté de Faa’a. Voulant dégager des branches d’arbres et autres détritus qui obstruaient un caniveau situé dans un quartier ravagé par les inondations, le jeune homme a été aspiré par la force des eaux. Son corps a été retrouvé inanimé dans un canal d’évacuation situé près de l’aéroport, plusieurs centaines de mètres plus loin.

Plusieurs élus ont fait part de leur mécontentement quant à l’organisation des services d’intervention. Ils ont émis le souhait d’être alertés chaque fois que le plan communal de crise est enclenché par la commune. D’autres se sont interrogés sur le manque d’équipements et de matériels de sécurité fournis aux diverses équipes d’intervention et ont demandé à ce qu’une enveloppe soit spécifiquement dédiée à ce type d’achat.

Sur ce point, la mairie s’est défendue, affirmant que “les services ont exprimé leur besoin, mais sans donner la taille des agents. Or, sans taille, nous ne pouvons pas passer de commandes.”

Encore sous le coup de l’émotion, les élus et le maire ont longuement débattu pour trouver un coupable aux dramatiques événements : administrés inciviques qui se servent des rivières comme de dépotoirs, Pays, État, Aéroport de Tahiti et, bien sûr, commune…

Oscar Temaru n’a pas manqué de revenir sur la genèse de la construction de l’aéroport avec un discours politique que l’on connaît bien aujourd’hui. “Si on revient plusieurs années en arrière, il ne faut pas oublier que la construction a été faite à la va-vite en vue des essais nucléaires, sans prendre en compte une urbanisation future de la commune de Faa’a. Et aujourd’hui, on paie les conséquences de tout cela.”

Les élus ont également émis le souhait de venir en aide à des familles sinistrées par les inondations. Celles-ci ont utilisé une grande quantité d’eau communale pour nettoyer leurs habitations et autres biens personnels et il a donc été proposé d’envisager une réduction tarifaire sur les factures d’eau de janvier et février pour ces familles. Pour le moment, cela concerne près de 150 personnes dans la commune.

 

Acquisition amiable de la terre Mumuvai

 

Parmi les points importants débattus lors du conseil municipal figurait la volonté de la mairie d’acquérir la terre Mumuvai, dans le souci d’obtenir la maîtrise foncière de l’actuelle décharge communale.

Le maire a entamé une procédure d’expropriation de la terre, pour cause d’utilité publique, en 2004, mais le haut-commissaire l’a récemment informé que cette procédure risquait de prendre plusieurs années et ne garantissait en rien “son aboutissement en cas de contestations par lesdits consorts de l’utilité publique du projet communal”.

Pour accélérer le processus d’acquisition de la terre Mumuvai, le maire a donc demandé d’explorer la piste de l’acquisition amiable des différentes parcelles de terres concernées appartenant aux consorts Mai-Salmon, en se basant sur les tarifs évalués par l’organisme France Domaine, soit 3 500 F/m2 pour les terres situées au-dessus de la décharge et 1 500 F/m2 pour les terres exploitées par la décharge.

Ces tarifs seront proposés à tous les ayants droit, représentant ainsi pour la commune une dépense de 228,5 millions de francs.

Il y a quarante ans, les consorts Mai-Salmon, alors membres du conseil municipal, avaient verbalement accordé la mise à disposition de leur terrain à la mairie pour permettre l’enfouissement des déchets communaux. Si une partie des enfants et petits-enfants des propriétaires de ces parcelles de terre “respectent la volonté des anciens” et sont prêts à céder leur titre de propriété à la commune, aux prix fixés par France Domaine, d’autres ayants droit estiment que les sommes fixées sont en dessous des indemnisations estimées par eux (ils réclament le double).

La mairie espère bien parvenir à une vente amiable… même si, pour le moment, rien ne semble gagné.

Oscar Temaru a d’ailleurs rappelé qu’il souhaitait, à terme, réhabiliter la décharge actuelle en espace vert (jardin public, circuit sportif et espaces de détente).

Élénore Pelletier

 

Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

 

 

103
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete