Le défi d’Auguste Maoni en faveur des personnes handicapées

    mardi 12 juillet 2016

    La vingtaine de marcheurs a mis deux heures et six minutes pour se rendre de Carrefour Faa’a à Carrefour Punaauia. (Photo : DR)

    La vingtaine de marcheurs a mis deux heures et six minutes pour se rendre de Carrefour Faa’a à Carrefour Punaauia. (Photo : DR)


    Ils ont marché samedi dernier de Faa’a à Punaauia

     

    “Avant l’amputation, j’étais un grand marcheur. Si je fais cette action, c’est pour marquer le coup et montrer que je peux. Et puis, c’est pour la bonne cause !” Samedi dernier, Auguste Maoni, accompagné de son épouse Dalhes et d’une vingtaine d’autres personnes, a marché de Carrefour Faa’a à Carrefour Punaauia.

    Une action qu’il compte reconduire le premier samedi de chaque mois pour sensibiliser les autorités et la population sur la vie des personnes handicapées en Polynésie, mais aussi pour récolter des fonds qui lui permettront d’acheter une voiture adaptée à son handicap et ainsi ne plus être dépendant de ses sœurs ou cousins pour se déplacer.

    Auguste Maoni a été amputé de son pied droit il y a un an et demi. “Il est diabétique, mais ce n’est pas la raison”, explique son épouse. “Il a eu une épine de bougainvillier dans le pied. J’ai pu retirer une partie mais il restait un bout. Nous sommes allés aux urgences à Taaone pour qu’ils l’enlèvent, mais ils n’ont rien trouvé et nous ont renvoyés chez nous. Sauf qu’au fur et à mesure, Auguste avait de la fièvre et avait de plus en plus mal au pied.

    Ça a fini par s’infecter et c’est là qu’ils l’ont hospitalisé. (…) Il a failli perdre la vie. Il avait de l’eau dans les poumons et le cœur qui commençait à faiblir. Je me rappelle bien de ce soir-là”, souffle Dalhes, de l’émotion dans la voix. “C’est facile pour nous de dire qu’on accepte l’amputation, mais pour lui, celui qui va perdre son pied, ce n’est pas facile.

    Il aime vivre aussi comme nous. Mais on nous a prévenus, s’il n’accepte pas l’amputation, il va mourir. Je ne voulais pas le perdre, notre fils n’avait qu’un mois à ce moment-là. Je sais qu’il a dit oui mais il a eu du mal…”

     

    C’était en pleine période de Noël, en 2014. “Et en mai 2015, j’étais debout !”, dit Auguste Maoni, non sans un soupçon de fierté. “J’étais au centre Te Tiare et j’ai demandé à sortir pour faire ma rééducation à la maison, avec un kiné qui vient les mardis et jeudis. Ça se passe bien, donc j’ai décidé de tenter le coup”, confie-t-il au sujet de son action pédestre. “Qui ne tente rien n’a rien et de fil en aiguille, on a envoyé des e-mails à certaines personnes et ça a commencé à prendre de l’ampleur.”

    Son action de samedi dernier a été réalisée en collaboration avec les communes de Faa’a et Punaauia, l’Association de défense et d’étude des personnes amputées de Polynésie (Adepa), Morinda, l’Association des diabétiques et obèses de Polynésie française (Adopf), le Rotary Club de Papeete Tahiti et d’autres généreux sponsors qui ont contribué à offrir une collation aux participants.

    Elle lui a permis de récolter 23 000 F, ce qui est bien loin des 2,6 millions de francs que coûte le véhicule dont il a besoin, mais Auguste ne se décourage pas car des particuliers lui ont apporté un soutien par ailleurs : 200 000 F de la part de Paul Yéou Chichong, et 30 000 F de Raymond Van Bastolaer.

     

    “En plus des marches, il y aura d’autres actions à venir, parce qu’une fois que j’aurai la voiture, je ne compte pas m’arrêter là. Le but est de pouvoir venir en aide à chaque personne handicapée. Par exemple, si quelqu’un a besoin d’un certain type de fauteuil roulant pour être plus autonome, on l’aidera.”

    Et ainsi de suite, au cas par cas, aussi longtemps que ça prendra. “Je ne m’arrêterai pas avant que nous, personnes handicapées, soyons toutes autonomes”, affirme Auguste Maoni.

    Aussi, cette action est un gros cri du cœur pour demander à la population davantage de respect envers les personnes handicapées. “Il faut marquer le coup pour dire aux personnes que cette petite population existe”, martèle Auguste Maoni. “Et qu’il y a tout un système à mettre en place pour cette petite population.”

     

    V.H.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete