Habillage fond de site

Comment repeupler le centre-ville de Papeete ?

vendredi 3 mars 2017

papeete

La mairie de Papeete a présenté hier ses projets d’aménagement à une délégation d’entrepreneurs de la ville, comme Tera Vongue, de la supérette So Good, Tanguy Bonduel, des Trois Brasseurs, Stéphane Chin Loy, le président de la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM), ou Aroma Salmon, leader des Tikahiri et gérant de l’Hélios. Objectif : leur prouver que tout est fait pour attirer de nouveaux habitants en ville… Et donc les convaincre de continuer, eux, à y investir. (© Marie Guitton)


En un demi-siècle, le centre-ville de Papeete est mort à petit feu. C’est en tout cas ce qu’ont observé, hier, des responsables de la commune et du Pays, qui ont présenté à une délégation de chefs d’entreprise leurs grands projets d’aménagement et autres pistes de réflexion pour le repeupler. Objectif : leur montrer qu’une nouvelle dynamique est en marche et les inciter, eux aussi, à rester et investir.

Opération séduction ? Élus et responsables municipaux, ministre de l’Équipement et directeur du Port autonome ont plaidé, hier, face à une quarantaine de chefs d’entreprise de Papeete, la cause de la capitale.

Diapo après diapo, le passé, le présent et le futur de la ville leur ont été présentés. Les professionnels ont ensuite eu le droit à une visite guidée de la ville, pour mieux visualiser les aménagements réalisés et à venir : front de mer, routes et carrefours, terminal de croisière, station d’épuration… (voir la carte ci-dessous).

“Notre objectif, c’est de ramener la population à Papeete, de repeupler la ville”, a promis le maire Michel Buillard. “Faire de Papeete une capitale régionale dynamique”, espère également Emmanuelle Thenot, urbaniste de la mairie.

Car si, dans les années 1950, un quart des Polynésiens résidaient à Papeete, ils ne sont plus qu’un dixième à y vivre aujourd’hui. Et avec l’urbanisation croissante des vallées et des villes alentour, le centre-ville s’est vidé.

Les responsables de la capitale veulent donc y ré-attirer des habitants. Pour élargir le nombre de contributeurs ? Propreté, éclairage, surveillance…

Dans la capitale, le nombre d’usagers dépasse largement celui des cotisants, qui ne suffit pas toujours à couvrir les charges de fonctionnement des services publics.

Non. L’idée, d’après les responsables, serait surtout de faire à nouveau vibrer la ville. Pas seulement une quinzaine de fois par an lors des Puromu Party ou Dimanches du centre-ville.

Mais comment faire, quand Papeete semble déjà saturée en journée ?

 

Évolution du plan général d’aménagement

 

“Il y a beaucoup d’opportunités foncières”, souligne d’abord Emmanuelle Thenot. “Vingt-sept hectares (friches et terrains mal occupés) sont disponibles en zone urbaine, c’est-à-dire dans la plaine, pour les porteurs de projets, les promoteurs immobiliers.”

Par ailleurs, le taux de vacance des logements atteignait, en 2012, 23 % dans le centre-ville (lire ci-dessous). Soit un bon paquet d’habitations à “remettre sur le marché”.

Pour faciliter la mutation de la commune, hormis les grands projets, une rectification du plan général d’aménagement (PGA), opérée en octobre dernier, attend également d’être actée en conseil des ministres afin “d’augmenter la constructibilité des immeubles en revoyant les murs pignons et les toitures pour gagner en surface”.

“Par exemple, abandonner les tailles minimum de parcelle ou libérer les hauteurs”, détaille Emmanuelle Thenot.

Une révision globale du PGA serait aussi en réflexion pour “après-demain”. “Les grands enjeux, à l’échelle communale, sont de retrouver un poids démographique tout en ménageant les ressources naturelles et foncières”, explique l’urbaniste de la mairie. “Il s’agit évidemment de ne pas développer une urbanisation à tout va.”

Hier, elle a également présenté des pistes de réflexion sur la création de voiries supplémentaires, comme une route entre l’avenue du prince Hinoi et l’avenue Georges-Clemenceau, afin de permettre l’accès à de nouvelles zones d’habitation.

Depuis que la route de l’Uranie a été créée, par exemple, les résidences y ont poussé comme des champignons, offrant plus de 600 logements à de nouveaux résidents.

De quoi finir par se marcher sur les pieds ? Michel Buillard assure que c’est justement avec tous les projets de réaménagement et réhabilitation présentés aux chefs d’entreprise hier “qu’on va pouvoir mieux accueillir la population et les usagers”.

La mairie a tenu à rappeler que sa priorité allait à la cohésion sociale, qui mobiliserait chaque année environ 270 millions de francs “pour aider la population en difficulté”.

“Le développement économique va de pair avec la cohésion sociale”, a répété le tavana. “C’est ça que je souhaitais partager avec nos entrepreneurs qui produisent de la richesse. Parce que ce sont ces ressources qui financent les opérations. C’est ce que je voulais leur montrer.”

“Aujourd’hui, je suis très heureux d’accueillir les investissements du Pays et du Port autonome”, a-t-il ajouté.
Mais pas de doute, tous étaient réunis hier pour obtenir le soutien des investisseurs privés.

Marie Guitton

 

“Un constat préoccupant en matière de densité urbaine”

papeete

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

==> Retrouvez ici, la carte de Papeete et les aménagements réalisés ou à venir : DEP030317-021

 

 

 

113
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete