Habillage fond de site

Avec Deluxe, ça va décoiffer

mardi 31 janvier 2017

deluxe

Le Moustache tour dans le Pacifique continue. Après Sydney, Melbourne et Nouméa, Deluxe a atterri samedi au fenua pour deux concerts exceptionnels jeudi et vendredi. (© DR)


 

Le groupe Deluxe est arrivé samedi dernier au fenua après une tournée en Australie et en Nouvelle-Calédonie. Il sera en concert jeudi soir à Moorea pour un concert acoustique puis vendredi soir à la Casa Mahina pour une version plus électro. Deluxe, à l’origine, c’est un groupe de copains, qui se sont rencontrés sur les bancs de l’école.
Ils ont fait leurs premières armes musicales dans les rues d’Aix-en-Provence, avant que leur destin ne croise celui de Liliboy, une chanteuse à la voix envoûtante. Ils enchaînent alors les concerts, sillonnent les festivals, enregistrent un puis deux albums et, sous les conseils de leur muse, se mettent à adopter la moustache. Un look qui fera leur réputation.

 

La moustache, est-ce ce qui vous a réuni ?
En fait, c’est Liliboy, quand elle a rejoint le groupe, qui nous a dit que ce serait une bonne chose d’avoir la moustache pour plaire aux filles. Du coup, on se l’est laissée pousser.

 

Et alors, ça marche, les filles tombent comme des mouches ?  
Non, pas du tout (rire).

 

Comment vous êtes-vous rencontrés, alors ?
Sur les bancs de l’école, au lycée. À la base, c’était un trio, avec Pietre à la guitare, Kaya à la basse et Kilo à la batterie. Puis, se sont rajoutés Pépé au saxo et Soubri aux percussions. Il y a six ans, Liliboy, notre chanteuse, nous a rejoints et, depuis, on joue partout ensemble.  

 

Quel âge avez-vous ?
16, 17 ans… (rire) Non, en moyenne, 27 ans.

 

Est-ce votre première tournée dans le Pacifique ?
Oui, on tourne régulièrement en métropole et en Europe. On avait déjà un peu fait la Chine, Montréal, mais c’est une première dans le Pacifique. On a commencé par l’Australie où ça s’est super-bien passé, puis on a fait salles pleines à Nouméa. Pour le moment, ça se passe bien.

Donc, le public polynésien ne vous fait pas trop peur…

A priori, le public tahitien nous attend parce que les préventes sont déjà bien parties. D’ailleurs, on en profite pour dire qu’il faut se dépêcher d’acheter les places, parce qu’elles partent à vitesse grand V… Ça paraît super-prétentieux, mais c’est vrai. Il ne serait pas impossible que certains se retrouvent coincés derrière le portail.

 

Pouvez-vous nous parler de votre musique, de vos inspirations ?
On est plutôt un groupe de scène. Notre musique est un mélange de funk, de hip-hop et de soul assez festive. C’est difficile de cataloguer ce qu’on fait dans un style de musique car c’est un mélange de beaucoup de choses, de beaucoup d’influences.

En tout cas, sur scène, on fait le show, on fait en sorte qu’il se passe un truc avec le public.

 

En Polynésie, vous allez faire deux concerts bien différents : un concert acoustique à Moorea puis un concert électro à Tahiti ?
On vient de la rue, on a commencé en acoustique. C’est quelque chose qu’on aime bien, cette proximité avec le public.
On aime aussi faire des gros concerts bien festifs.

Donc, là, c’est pas mal, car en Polynésie, on a les deux et en plus, aller à Moorea, c’est un rêve de gosse… parce que c’est une des plus belles plages du monde. C’est mortel ! Il y aura en effet un concert plus calme, plus intimiste, et un autre un peu plus festif, un peu plus disco-night.

 

Quand repartez-vous ?
On repart samedi. En gros, on prend l’avion juste après le deuxième concert. On rentre en France et on enchaîne sur une grosse tournée au printemps puis une autre en été. Ensuite, on s’attaquera à notre nouvel album, qu’on prévoit de sortir en 2018. On est déjà plus ou moins en train de le préparer. On compose beaucoup durant nos tournées.

 

Un petit mot pour la fin ?
Si ça t’a plu, reviens moustachu !

 

 

Propos recueillis par Élénore Pelletier

 

Capture d’écran 2017-01-31 à 13.50.19

3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete