Demain, un film qui donne envie de changer le monde

    jeudi 14 avril 2016

    La salle était pleine, mardi soir, pour l’avant-première du film documentaire Demain, organisée par Colibris Tahiti en partenariat avec Pacific Films. Il faut croire que ce film, réalisé par le cofondateur de Colibris, Cyril Dion, et par l’actrice Mélanie Laurent était attendu au fenua, puisque lundi matin, toutes les places étaient déjà vendues.
    Demain, c’est un film qui rappelle que nous sommes aujourd’hui dans un état d’urgence : nous ne pouvons plus continuer à vivre comme nous le faisons actuellement, c’est-à-dire “puiser dans nos ressources – consommer – jeter”, dans le seul but de nous enrichir, autrement l’humanité tout entière court à sa perte d’ici les 50 prochaines années. Ce sont les scientifiques qui l’annoncent.
    Loin des scénarios catastrophes auxquels nous sommes habitués, Mélanie Laurent et Cyril Dion ont choisi de présenter un film plein d’espoir. Caméra à l’épaule, ils sont partis aux quatre coins de la planète rencontrer tous ces gens qui, à leur échelle, parfois toute petite, agissent pour changer les choses.
    Ce road movie nous entraîne à la rencontre de pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’éducation, l’économie et la démocratie… On y découvre des hommes et des femmes comme nous, de nationalités et de statuts sociaux très différents, qui créent des jardins communautaires, des monnaies parallèles pour favoriser les échanges locaux, des nouveaux systèmes de démocratie basés sur le tirage au sort et des modes d’éducation bienveillante…
    À travers ce documentaire, on se rend compte qu’on est tous capables de changer le monde, que cela n’est qu’une question de volonté. La plupart des personnages qui nous sont présentés n’ont eu que faire des lois ou des systèmes existants, ils ont juste retroussé leurs manches pour faire passer leurs idées et mettre en place leurs actions. Ils y ont cru et ça a marché.

    Initiatives locales

    Demain dure deux heures mais on ne s’ennuie pas : bien rythmé, il est accompagné d’une bande-son entraînante. On passe de la caméra à l’épaule à la vue aérienne, en passant par des photos d’archives et des portraits posés, ce qui lui donne un côté très dynamique.
     Le film a parfois un petit côté “pub” et l’apparition du joli minois de Mélanie Laurent participe à rendre le produit fun et branché, on n’est pas dupe.
    Cela dit, ça fonctionne plutôt bien : la forme sert le contenu et aide à semer des petites graines dans la tête des spectateurs.
    Ce documentaire donne la pêche, l’envie de modifier certaines de nos habitudes et de déplacer des montagnes pour changer les choses à côté de chez nous.
    À la fin de la projection, Colibris Tahiti avait prévu un échange autour du film. L’occasion de présenter  l’association et un certain nombre de personnes qui œuvrent au fenua pour un monde différent.
    Les membres de Polysel ont parlé de leur système d’échange local qui consiste à échanger des services ou des produits, non pas sous forme de troc, mais de façon circulaire, le tout avec une monnaie virtuelle, le tiare.
    Les Incroyables Comestibles étaient là pour parler de leur herbier vivant mis en place à la mairie de Punaauia, à destination du grand public, l’idée étant que chacun peut venir y planter quelque chose et récolter les fruits et les légumes de son choix. L’association Rahui Nui no Tuha’a Pae a également présenté son projet d’aire marine protégée aux Australes.
    Le film sera projeté au Liberty du 13 au 26 avril. Colibris Tahiti invite d’ores et déjà le public à se rassembler le 27 avril pour en débattre. Le lieu et l’horaire restent à confirmer.

    É.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete