Habillage fond de site

Le départ de Patrick Amaru endeuille la Polynésie

mardi 19 juin 2018

Samedi dernier, à To’ata, Patrick Amaru (à gauche) avait reçu, avec les enseignants du conservatoire, l’ovation du public pour son travail. (© Conservatoire artistique)

Samedi dernier, à To’ata, Patrick Amaru (à gauche) avait reçu, avec les enseignants du conservatoire, l’ovation du public pour son travail. (© Conservatoire artistique)

“En tant qu’écrivain, je préfère écrire des livres, mais comme il n’y a pas vraiment de lectorat, j’écris des thèmes pour la danse, bien plus accessible, plus populaire”, expliquait un jour, à La Dépêche, Patrick Amaru, décédé dans la nuit de dimanche à lundi, d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 60 ans.

L’annonce de son décès a surpris et attristé tous ceux qui le connaissaient. Comme beaucoup de sa génération, il n’avait appris le tahitien qu’à 18 ans.

“Grâce à un poème de Turo a Raapoto que j’ai mis quatre mois à déchiffrer, terminé par cette phrase : ‘Tu es uru, et resteras toujours uru’. Un texte qui m’a fait l’effet d’une paire de gifles, me réconciliant avec moi-même et ma langue !”

Ce départ brutal, à l’aube des fêtes du Heiva, “prive le fenua de l’un de ses grands auteurs, de l’un de ses artistes les plus talentueux et surtout, d’un homme de cœur, discret, humble, aimant plus que tout la transmission des savoirs et des connaissances”, indiquait hier le président Fritch, dans un message de condoléances.

De son côté, le président de l’assemblée de la Polynésie française, Gaston Tong Sang, saluait “l’homme de culture engagé, qui, sa vie durant, n’a cessé de transmettre aux plus jeunes, les valeurs et l’histoire du patrimoine polynésien”. “J’écoutais encore une de ses premières chansons intitulée E te mau metua, interprétée
par Patrick Noble, avec Michel Poro’i à la guitare. Il exprimait déjà l’importance de ce lien intergénérationnel et de la transmission des savoirs”, témoignait également le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu.

 

 

Ovation du public

 

“Nous avions vécu toute l’année 2017/2018 avec lui car avec nos professeurs, nous l’avions choisi comme auteur du thème de notre grande Nuit de gala, ce samedi 16 juin”, expliquait hier Fabien Dinard, le directeur du conservatoire artistique.

“Ce magnifique thème, Papa A Tu a-Tua, symbolisait toute une partie de sa vie : il indiquait à nos élèves, le chemin de la connaissance, un chemin, un choix intérieur. Il indiquait aussi comment se battre pour s’enraciner dans sa culture, dans notre si belle culture polynésienne, que les arts traditionnels savent si bien servir.”

Patrick Amaru avait remporté le prix du meilleur auteur, en chant, de 2012 à 2015, avec Haururu Papenoo, et aussi en danse avec les groupes Heikura Nui, Nonahere et Toakura. Il avait également coécrit l’hymne territorial, Ia ora o Tahiti Nui e, reflet de son attachement à son fenua.

Avant de partir, Patrick Amaru a reçu, samedi soir dernier, à To’ata, avec les enseignants du conservatoire, l’ovation du public pour son travail.

“Quel départ. Nous perdons l’un des nôtres”, déclarait hier Fabien Dinard. “La grande famille de la culture est en deuil.”

 

D. Grivois

patrick amaru

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete